Sujet

Première journée d’études : “Les mots de l’habitat et de l’habiter” (mai 2021)

La langue française connait une polysémie du vocabulaire contemporain pour désigner son logement : « appartement », « maison », « logis », « chez-soi », etc. auxquels s’ajoutent dans un registre plus familier : « baraque », « piaule », « nid », « niche », « repaire », etc. Cette abondance terminologique est pourtant le résultat d’un invariant anthropologique puisque le logement est au coeur des préoccupations humaines depuis ses origines et à plus forte raison depuis sa sédentarisation et le développement de la propriété foncière. Aussi, la polysémie du vocabulaire pour désigner son logement ne fut-elle pas propre aux sociétés actuelles ni d’ailleurs les questionnements liés au droit à un logement et à l’accès à la propriété. En effet, le Romain Tiberius Gracchus ne s’offusqua-t-il pas à la fin du IIe s. av. J. -C. qu’alors que « les bêtes sauvages […] qui sont répandues dans l’Italie [aie]nt leurs tanières et leurs repaires où elles peuvent se retirer […], ceux qui combattent, qui versent leur sang pour la défense de l’Italie, n’y ont d’autre propriété que la lumière et l’air qu’ils respirent; sans maison, sans établissement fixe […] [qu’] ils ne combattent et ne meurent que pour entretenir le luxe et l’opulence d’autrui ; [et qu’]on les appelle les maîtres de l’univers, [alors qu’] ils n’ont pas en propriété une motte de terre » (Plutarque, Vie de Tiberius et Gracchus, X).

La richesse du vocabulaire actuel et ancien pour désigner le logement invite à s’interroger sur le vocabulaire utilisé tant en archéologie, en histoire, en architecture qu’en géographie, en anthropologie et en sociologie pour étudier les habitations et les réalités auxquelles il renvoie. Dans le cadre de cette journée d’étude sur « Les mots de l’habitat et de l’habiter », les communications pourraient ainsi porter tant sur des questions de vocabulaire antique et les réalités qu’ils impliquent dans l’Antiquité et au Moyen-Âge que sur celles auxquels il renvoie dans l’historiographie contemporaine. Les questions sur le vocabulaire emprunté à la sociologie, la géographie et à l’anthropologie ou utilisé dans ces disciplines pour étudier l’ « habitat », l’ « habitation » et l’ « habiter » seront également appréciées. Les communications pourront également traiter de ce que l’usage terminologique a provoqué au sein des itinéraires épistémologiques et historiographiques développés par leur discipline respective ainsi que des influences liées aux emprunts de vocabulaire auprès d’autres disciplines. Enfin, les discussions autour de la traduction des « mots de l’habitat et de l’habiter », au fil du temps et entre les langues, seront bienvenues.

Blandine Besnard

Doctorante (Archéorient, UMR 5133) en archéologie du Proche-Orient ancien.

More Posts

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search