La multi-résidence des aristocrates. L’exemple du Comtat Venaissin (XIVe-XVe s.)

Le Comtat Venaissin au XIVe siècle. (Réalisation Margot Ferrand et Coline Polo)

Une ou des résidences ?

Les aristocrates du Comtat Venaissin sont peu nombreux à avoir privilégié une unique résidence permanente comme socle de leur lignage. À l’image de ce que l’on constate dans d’autres régions1, on peut se demander si ce mode de vie est plutôt le fait d’une aristocratie avec moins de moyens financiers ou bien si c’est le résultat de leur implication croissante dans les instances politiques locales. En effet, l’étude des résidences aristocrates comtadines révèle une dichotomie entre la multi-résidence des seigneurs et la résidence unique de la petite aristocratie2. Dès le XIVe siècle, l’implication politique de certains lignages les pousse à s’ancrer dans un unique centre urbain et à ne pas adopter la multi-résidence, se différenciant ainsi de l’aristocratie ancienne. Pour ces aristocrates, l’exercice répété de charges politiques entraine une fixation durable. C’est le cas des Burgondion qui, en exerçant les charges de syndics et de capitaines de l’Isle-sur-la-Sorgue3, sont parvenus à s’imposer comme nobles au sein de la communauté l’isloise4. Ils se sont alors implantés durablement dans la localité. Ce qui est révélateur du changement induit par ces charges politiques, c’est qu’avant leur implantation l’isloise, le lignage était installé à Avignon au XIIIe siècle, mais ses membres n’étaient désignés dans les écrits ni comme nobles ni comme chevaliers.
Pour d’autres lignages, des alliances matrimoniales peuvent venir renforcer cet ancrage dans une seule localité. Le mariage, en 1374, de Silette Astoaud avec Jean Maubernard — miles, fils d’un viguier d’Avignon — fait d’eux les coseigneurs de Velleron. Et contrairement à l’autre coseigneur de Velleron, Astoaudet Astoaud qui a préféré vivre à Mazan puis à Carpentras, Silette et Jean s’installent uniquement à Velleron. Leur implantation semble pérenne car leur fils, Guillaume, possède en 1414 la maison la plus richement estimée du cadastre5, et il signe de multiples actes passés à Velleron ce qui paraît indiquer qu’il y réside à l’année. Ainsi, les lignages qui au XIVe siècle ont une unique résidence continuent de faire ce choix au siècle suivant. Il existe également des situations intermédiaires où se succèdent des périodes d’itinérance et des intervalles où le lignage s’établit dans un seul lieu. Si l’on met de côté ces rares exemples de lignages qui possèdent une seule résidence permanente, la situation la plus courante au sein de l’aristocratie reste cependant l’itinérance et la multi-résidence.

Habiter des lieux multiples : quelles pratiques ?

Les propriétaires se créent un réseau de villégiatures et profitent de différents lieux qui leur offrent la possibilité de changer de résidence selon les saisons. D’octobre à mars, certains aristocrates cherchent à quitter leur château pour trouver un climat plus clément ailleurs. À l’instar de Bérenger de Simiane, seigneur de Châteauneuf-de-Gadagne, qui quitte son château l’hiver pour rendre visite aux parents de son épouse, Béatrice de Villeneuve, à Vence, près de Nice6. L’été reste tout de même plus propice aux changements de cadre de vie et permet de profiter de la nature, du bon air, de se préserver du tumulte urbain mais aussi de se divertir7. Tout comme Clément V profite du calme du prieuré du Groseau à Malaucène et Jean XXII de la fraîcheur de son palais de Pont-de-Sorgues l’été, l’aristocratie suit le modèle, hérité de l’élite romaine, de la villégiature8. Les résidences localisées près de sources et de cours d’eau sont particulièrement prisées, comme à Caromb, l’Isle-sur-la-Sorgue, Fontaine-de-Vaucluse, Malaucène et Sorgues. D’autant plus que ces lieux connaissent un important développement économique lié à la présence de multiples moulins le long des cours d’eau.

Prieuré du Groseau à Malaucène. Cliché Coline Polo


La multi-résidence ne sert pas uniquement à prendre du bon temps à la campagne. Certains séjours peuvent être bien plus rudes et martiaux lorsque les résidences servent de refuge en cas de guerre ou d’épidémies. Un grand nombre de châteaux, tours et bastides servent à la défense et il est important que leurs propriétaires viennent y séjourner pour vérifier leur bon entretien. Entre le milieu du XIVe et le milieu du XVe siècle, dans un contexte d’incursions de bandes de routiers et de guerres privées entre les grands lignages, le pouvoir pontifical a su utiliser cette multi-résidence des lignages pour tenir les points forts de son territoire et lutter contre les troubles. En réaction aux différentes attaques menées par Raymond de Turenne et ses hommes entre 1392 et 1397, le pouvoir pontifical demande aux châtelains et aux officiers (viguiers, bailes) qui gardent les lieux forts de contrôler le bon état des défenses, d’avancer les frais des réparations des bâtiments et de gérer l’approvisionnement de la garnison. Les comptes des trésoriers du Comtat listent, pour le début du XVe siècle, le coût de la garde des châteaux et le nom des aristocrates qui y logent pour quelques mois ou plusieurs années. Entre 1400 et 1413, Bernardin de Serres, seigneur de Malaucène, défend et prend à sa charge les réparations du château du Crestet, fief de l’évêque de Vaison9.

Le village du Crestet et son château (en haut à droite). Cliché Coline Polo

Les hommes d’armes restent tout au plus quelques années dans les châteaux mis en garde. C’est pourquoi, Astoaudet Astoaud partage son temps entre sa résidence à Carpentras, le castrum de Bonnieux dont on lui a remis la garde, et les castra de Ménerbes et Velleron au fil des sièges et du déploiement des garnisons10. Astoaudet envoie des lettres de Ménerbes et Velleron ce qui nous permet de constater qu’il y séjourne.

Le village de Ménerbes. Cliché Coline Polo


Ainsi, c’est l’implication des aristocrates à deux échelles, celle de la parentèle et celle du réseau politique et social, qui sont les causes principales de leurs nombreux changements de lieux de vie. Cette dichotomie peut les conduire à vivre successivement, et pour des périodes plus ou moins longues, dans la localité où s’est enraciné leur lignage et dans les lieux qu’ils fréquentent dans l’exercice de leurs charges. Qu’advient-il de ces résidences temporaires une fois que le propriétaire s’est retiré ? Il semble que les bâtiments soient laissés quasi vides ou seulement occupés par quelques personnes chargées de gérer les menus travaux et les terres aux alentours. Parfois, c’est un châtelain et des gardes qui sont en charge de garder physiquement le château ou la bastide. Afin de faciliter l’arrivée et l’installation, certains aristocrates spécifient dans les contrats à fâcherie – contrat par lequel le possesseur du sol concède la terre pour une courte durée – que les paysans en charges du domaine agricole doivent libérer les lieux dès le retour du propriétaire11. Ce dernier arrive avec ses meubles et ses objets personnels, réinvestissant les lieux qui jusqu’alors étaient pauvrement meublés. Les meubles doivent changer facilement de pièces et de fonction pour être adaptés à la multi-résidence des aristocrates. Le maître mot concernant l’ameublement est la polyvalence. Il faut donc oublier le fonctionnalisme moderne et imaginer une résidence qui a des fonctions bien plus variées que ne le suggère le nombre et la forme de ses pièces. L’apparition de ce que les notaires appellent la « chambre de retrait » dans les inventaires du XVe siècle, est une illustration de cette polyvalence des espaces. Le retrait est aussi bien une pièce qui accueille des latrines, qu’une salle de bain ou une étuve. Il peut également être un espace de rangement et un bureau, ou encore un lieu de détente et de jeu. Les espaces de service représentent, eux aussi, les multiples fonctions des résidences, en particulier des châteaux et des bastides, car ils regorgent d’outils agricoles, de mobiliers, d’instruments pour le travail du bois et du métal, et d’armes.
La pratique de la multi-résidence et la mobilité de l’ameublement ont complexifié l’appropriation des résidences et il en découle un besoin de « singulariser » l’espace. Ce désir de transformer un lieu non-familier en un lieu familier se traduit par la mise en scène des couleurs, armoiries et saint patron des propriétaires, mais aussi par la diffusion d’autres signes d’appartenance à une culture élitaire. Dans cet espace domestique mouvant, la vaisselle, les objets, le linge de maison et les textiles d’ameublement servent à mettre en valeur et personnaliser le mobilier. Les résidences ne possèdent souvent que quelques éléments matériels de distinction et de prestige. Ces matériaux de meilleure qualité, ou plus rares, restent circonscrits dans les espaces d’apparat et de retrait. Il en va de même avec le mobilier et les décors. En effet, au XVe siècle, c’est la quantité des divers meubles, éclairages et objets qui est susceptible de révéler le niveau social élevé des propriétaires. Les meubles devant être facilement transportables et démontables, ils sont de facture simple et peu coûteuse. Leur polyvalence prévaut sur leur apparence. Ce sont les textiles et les objets qui métamorphosent certaines pièces en espace d’apparat. Ils métamorphosent les pièces en créant des décors renouvelables au gré des envies. Ils symbolisent le raffinement du mode de vie des propriétaires et traduisent matériellement leur richesse. Ils participent également à la mise en scène des lignages en affichant leurs couleurs et armoiries. La présence des armoiries dans les intérieurs est à replacer dans ce contexte d’appropriation de l’espace de vie par l’intermédiaire des représentations.

Les armoiries dans la tour des Vassadel, village des Taillades. Clichés Paul Courbon et François Guyonnet

Les armoiries apparaissent au sein des maisons dès le XIIIe siècle12. Entre le XIVe et le XVe, les armoiries sont également employées en façade, souvent au dessus des portes ou des fenêtres. À l’image des armes de l’évêque de Carpentras qui ornent le sommet de la porte principale du château du Beaucet au milieu du XIVe siècle. C’est un moment où l’évêque rachète de nombreuses parts de seigneuries dans différentes localités et souhaite réaffirmer son droit et sa possession. Les armoiries s’affichent donc sur les maisons comme des marques de propriété et signes du prestige de la parenté. Au XVe siècle, elles sont le motif privilégié pour peindre les vitres des maisons. De même, la diffusion d’objets ornés d’armoiries au sein des nouvelles élites tout au long du XVe siècle indique bien leur rôle de marqueur de la prééminence sociale. Apposer ses armes sur des couvertures et coussins est courant chez les aristocrates. À Châteaurenard, par exemple, les armes des Ponteves sont disposées sur un ciel de lit dans une tour. Le partage des biens de François Peruzzi, en août 1496, dévoile plusieurs objets martelés et armoriés, notamment des tasses et bassines13. Ces décors racontent l’appartenance de l’objet, la mémoire de sa transmission, traduisent matériellement la richesse du propriétaire et son train de vie.

La multi-résidence, manifestation de la supériorité sociale

La multi-résidence est une traduction de la mobilité des aristocrates. Ces derniers ont les moyens techniques et financiers nécessaires à cette mobilité. Elle a une dimension sociale positive car elle implique d’avoir le choix. La multi-résidence a, certes, un coût mais elle offre aussi un certain pouvoir économique qui repose sur la mise en valeur et la fructification des espaces agricoles ainsi que sur la perception de divers droits et péages. Elle donne une position sociale dominante. Choisir telle seigneurie ou tel quartier plutôt qu’un autre pour y établir sa résidence, est une manière d’afficher ses valeurs et ses ambitions. Habiter est une manière de construire son identité et d’inscrire le lignage dans des espaces qui participent à le distinguer. Toutefois, on peut se demander si la multiplication de ces lieux d’habitat n’entraine pas le désintérêt des aristocrates pour les lieux qu’ils occupent.
La volonté de conserver une mémoire lignagère associée à un lieu est une constante, aussi bien pour la petite aristocratie que pour l’ancienne noblesse. L’attachement à un lieu, que celui-ci résulte de traditions lignagères ou d’un intérêt personnel, est cristallisé par l’habitation. Ainsi, Elzéar Romey, chevalier et capitaine issu d’un lignage présent à Cavaillon dès le XIIIe siècle, est amené, de par ses fonctions, à résider dans de multiples lieux. Il voyage et séjourne dans le comté de Provence et le royaume de France. Toutefois, ses nombreux déplacements et ses achats de nouvelles seigneuries ne le coupent pas de Cavaillon car dans le même temps, il abandonne son patronyme, Romey, et lui préfère celui de De Cavaillone. Ce changement de nom rend compte de son attachement à Cavaillon, et permet de créer et transmettre une histoire géographique du lignage. La multi-résidence n’est donc pas synonyme d’un désintérêt pour le lieu de vie d’origine des propriétaires. À l’image d’Astoaud Astoaud – coseigneur de Mazan et Velleron, seigneur de Lafare – qui possède une maison dans Mazan, et qui, au début du XVe siècle, en raison de son investissement politique au sein des États du Comtat Venaissin et pour faciliter ses déplacements, choisit d’acquérir cinq autres maisons à Carpentras14. Les stocks de vin conservés dans une de ces maisons en 1412 et 1416 laissent imaginer qu’Astoaud y vivait.

La résidence des Astoaud dans le village de Mazan. Cliché Coline Polo

Toutefois, c’est à Mazan qu’Astoaud choisit de se faire enterrer. Probablement pour respecter les pratiques funéraires du lignage. Les inhumations au cœur des seigneuries locales illustrent bien la volonté de certains aristocrates d’affirmer leur attachement à un lieu de résidence. Ils renouent ainsi avec les habitudes des noblesses plus anciennes.
Les différentes vocations et utilisations de l’habitat sont un rappel des pratiques sociales et mémorielles de l’aristocratie. La multi-résidence leur offre la possibilité d’affirmer leur domination, d’élargir l’emprise de leur pouvoir. Leurs résidences sont des lieux qui contrôlent, structurent la vie locale et contribuent ainsi à l’organisation de la sociabilité. Par exemple, la souscription des actes notariés se fait souvent devant ou dans ces résidences aristocratiques. À Cavaillon, seulement 10 à 30% des actes sont passés chez le notaire, tous les autres sont signés dans les maisons nobles ou autour du palais épiscopal15. Ces mentions de souscriptions confirment que ces résidences étaient occupées, au moins de façon temporaire, par leurs propriétaires. Elles sont un indice de leur temps de résidence dans la localité. Que la population et les notaires choisissent ces habitations comme points de référence atteste du caractère polarisant de ces habitations et de leur légitimité comme lieu de rassemblement et de pouvoir. Par sa présence et son intérêt pour le lieu, le propriétaire permet à l’habitation de devenir un bâtiment structurant tant d’un point de vue personnel que collectif. Elle dépasse alors le cadre de vie strictement privé et marque plus largement la vie de la communauté. Ainsi, la multi-résidence est l’expression d’une identité et d’un mode de vie aristocratique. Sous bien des aspects elle donne ses lettres de noblesse au propriétaire.

  1. Ce point a notamment été abordé en introduction de ce colloque : Nicolas FAUCHERRE, Hervé MOUILLEBOUCHE (dir.), Le nomadisme châtelain, IXe-XVIIe siècle, (actes du sixième colloque international au château de Bellecroix, 14-16 octobre 2016), Chagny, Centre de Castellologie de Bourgogne, 2017, p. 9-13. []
  2. Coline POLO, Les résidences aristocratiques dans le Comtat Venaissin (XIVe-XVe s.), thèse d’Histoire, CASTELNUOVO Guido (dir.), Avignon Université, 2021. []
  3. AC Isle-sur-la-Sorgue, CC41, fol. 12 : (14 mars 1363) Bernard Burgondion est capitaine de l’Isle- sur-la-Sorgue. []
  4. Margot FERRAND, L’Isle-sur-la-Sorgue, ses élites, leurs mutations (XIIe-XIVe siècles). Une étude de cas, Mémoire de Master 2 Histoire, Guido CASTELNUOVO (dir.), Université d’Avignon, 2015-2016, p. 118-120. []
  5. Monique ZERNER, Le cadastre, le pouvoir et la terre. Le Comtat Venaissin pontifical au début du XVe siècle, Rome, École française de Rome, 1993, p. 420. La maison est estimée à 100 florins. Ensuite venait la maison de Philippa l’épouse de Roger de Cruce : 80 florins. Celle d’Astoaud ne fut estimée que 50 florins. []
  6. ADV 3E38/73, fol. 32v.-33v. (1394) et fol. 3 (1395), et la thèse de Germain BUTAUD, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-1450), thèse d’Histoire, ZERNER Monique (dir.), Université de Nice, 2001, annexes, p. 1111. []
  7. Voir Henry BOSCO, « Sur un dîner offert au pape Clément V en 1308 par le cardinal di Pelagru », Annales d’Avignon et du Comtat venaissin, 2, 1913, p. 113-127, Georges de LOYE, « Réceptions du pape Clément VI par les cardinaux Annibal Ceccano et Pedro Gomez à Gentilly et Montfavet (30 avril-1er mai 1343) », dans Avignon au Moyen âge. Textes et documents, Avignon, Aubanel, 1963, p. 81-92, et pour les bastides, Noël COULET, « La bastide provençale au Bas Moyen Âge. Contribution à une histoire de l’habitat rural dispersé en Provence », Archéologie médiévale, 7, 1980, note 40, p. 62, et ADB, 308 E, fol. 130v. []
  8. Ferdinand SAUREL, Histoire de la ville de Malaucène et de son territoire, Avignon, J. Roumanille, 1882, p. 108, et Valérie THEIS, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin vers 1270-vers 1350, Rome, École française de Rome, 2012, p. 214-240. Ce chapitre sur l’itinérance et l’utilisation des palais nous apprend qu’entre 1309 et 1314, Clément V fréquente le Groseau 500 jours, Avignon 760, Châteauneuf 120 et Monteux 90. []
  9. Jean-Antoine PITHON-CURT, Histoire de la noblesse du Comté-Venaissin, d’Avignon et de la principauté d’Orange, Paris, Delormel, 1743-1750, t. 3, p. 266-267. []
  10. Germain BUTAUD, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin …, Op. cit., annexes, p. 1053-1056. []
  11. ADV, Martin 227 : (27 mars 1439). []
  12. Gil BARTHOLEYNS, Monique BOURIN, Pierre-Olivier DITTMAR, « La domestication des images », dans Images de soi dans l’univers domestique XIIIe-XVIe siècle, BARTHOLEYNS Gil, BOURIN Monique, DITTMAR Pierre-Olivier (dir.), Rennes, PUR, 2018, p. 11-19. []
  13. ADV, 3E5/997 : (24 août 1496) partage des biens de François Peruzzi entre ses enfants. []
  14. Monique ZERNER, Le cadastre …, Op. cit., p. 421, note 16. []
  15. Jacques CHIFFOLEAU, « L’espace urbain et l’espace régional à Cavaillon vers 1320-1340 », Provence Historique, 106, 1976, p. 292-293. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search