VEILLE (CO)HABITER #11 – Mars 2022

Dans cette veille, sont présentés les livres, puis les dossiers de revues, les articles, les découvertes récentes, les appels à communication et enfin les séminaires et les podcast en lien avec les thèmes de l’habiter et l’habiter, classés par périodes chronologiques. 

1. -Livres 

  • Marcigny C., Ghesquière E., Architecture préhistorique. Habitats néolithique & mésolithique européens (10000 – 2000 avant J.C.), Paris, Edition B2, 2021, 96 p. –

résumé des auteurs :

« Traiter d’« Architecture » préhistorique peut paraître une gageure tant il n’existe ni pratique spécialisée avérée ni continuum stylistique hors des spécificités de ressources locales. Pourtant, l’évolution de l’habitat, depuis les huttes en peaux jusqu’aux agglomérations de grands bâtiments « aristocratiques » du Néolithique final, a connu plusieurs révolutions, concomitantes à une complexification des sociétés humaines. Démarche panoramique inédite, la synthèse proposée ici témoigne de mutations au cours de huit millénaires, entre 10000 et 2000 avant J.C. Au travers d’exemples européens tirés de la littérature archéologique la plus récente, les auteurs explorent les principaux modes sociaux et constructifs se dégageant de cette tectonique. »

lien vers éditeur : https://editions-b2.com/les-livres/105-architecture-prehistorique.html

  • Arcelin P., Entremont. Une agglomération de Provence au IIe siècle avant notre ère (Aix-en-Provence, Bouches-du-Rhône), Montpellier (Supplément – Revue Archéologique de Narbonnaise, 51), 2022, 802 p.

Résumé de l’auteur :

« Le site d’Entremont, immédiatement au nord de la fondation romaine d’Aquae Sextiae Salluviorum, est un oppidum fouillé depuis 1946 et classé comme Monument Historique en 1980. Bien qu’il soit mondialement connu par les découvertes de sculptures rattachées à des cultes héroïques depuis 1817, les résultats des recherches de terrain poursuivies jusqu’en 2011 n’avaient jusqu’alors fait l’objet que d’approches générales ou de publications partielles. En regroupant l’ensemble des données recueillies, cet ouvrage relate les acquis, mais aussi les interrogations liées à l’occupation de ce plateau dès la fin du premier âge du Fer, mais pour l’essentiel au IIe s. av. n. è.

La mise en perspective de l’intégralité de la documentation, des premières fouilles assez rapides aux recherches plus récentes mieux documentées, permet désormais de percevoir plus précisément les étapes chronologiques de l’occupation du site et de leurs spécificités. Quatre grandes périodes sont individualisées et caractérisées. Sur une implantation initiale à connotation fortement cultuelle et votive (entre le V e s. et le début du IIe s. av. n. è.), le plateau devient vers 180 le lieu d’une première agglomération, de superficie réduite mais planifiée et fortifiée, pour une communauté agropastorale. Son destin sera de courte durée, car l’instabilité politique de cet arrière-pays de Marseille grecque et les conflits qui en découlent, la condamne, vers 160 ou peu après, à être totalement enclavée dans une seconde, plus vaste, et mieux protégée.

Les analyses de la documentation architecturale des deux habitats successifs nous fournissent un éclairage exceptionnel sur l’évolution rapide au cours du IIe s. des communautés indigènes régionales, leurs attentes et leurs savoir-faire, comme sur la diversité de leurs aspirations politiques, économiques et culturelles. Après le milieu du siècle, l’oppidum d’Entremont nous révèle une société bien moins égalitaire qu’auparavant, avec un clivage perceptible des classes sociales qui ira en s’amplifiant. Au puissant développement architectural du troisième quart du siècle,   l’émergence de circuits économiques structurés avec la Méditerranée par une part de ses élites, répond l’affirmation ostentatoire de valeurs guerrières traditionnelles, apparemment toujours dominantes. Les tensions intercommunautaires qui en découlent, éclairées par les textes anciens, celles aussi développées avec Marseille, puis avec Rome, se concluront par les interventions militaires de cette dernière, d’abord en 124-123, puis après un renouveau de l’habitat, de manière encore plus radicale vers 100/90 av. n. è. Le site est alors arasé et déserté.
Aux données commentées et illustrées de l’architecture et de son environnement stratifié sont associées celles sur le monnayage du site et les vestiges anthropiques recueillis. »

lien vers éditeur : https://www.asm.cnrs.fr/presse/parutions/566-ran-supplement-51-entremont-une-agglomeration-de-provence-au-iie-s-avant-notre-ere

  • Baret F., Origines de la ville dans le Massif Central. Les agglomérations antiques, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2022, 442 p.

Résumé de l’auteur :

« La ville structure l’espace romain antique. Les chefs-lieux de cité, ressort administratif fondamental de l’Empire, concentrent non seulement des fonctions politiques, économiques, religieuses et culturelles, mais aussi une population nombreuse. On trouve aussi des agglomérations qui, plus importantes qu’un village de paysans ou une modeste station routière, mais plus petites qu’une capitale de cité, possèdent un caractère assurément urbain. Les archéologues les nomment « agglomérations secondaires ».

Ce livre d’archéologie est un livre d’histoire. Il s’attache à caractériser ces petites villes romaines dans le cadre des cités du Massif central français, territoires des Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques et Lémovices, soit l’Auvergne, le Velay, la Lozère, le Rouergue, le Quercy et le Limousin. Après avoir retracé l’historiographie des agglomérations secondaires en France et en Europe, l’auteur construit un corpus de 147 sites, parmi lesquels figurent par exemple Vichy, Gergovie, Corent, Charbonnier-les-Mines, Lezoux, Voingt, Allanche, Saint-Flour, Le Puy-en-Velay, La Souterraine, Ussel, Brive-la-Gaillarde, Tulle, Évaux-les-Bains, Chassenon, Mende, Banassac, Millau, Albi, Montans, Castres, Albias, Cajarc… L’analyse de ce corpus débouche sur une classification et une hiérarchisation des petites villes du Massif central, et finalement sur une compréhension du fonctionnement de ce territoire à l’époque romaine. »

lien vers l’éditeur : https://pufr-editions.fr/produit/origines-de-la-ville-dans-le-massif-central/

  • Sapin C., Heber-Suffrin F., L’architecture carolingienne en France et en Europe, Paris : éditions Picard, 2021, 320 p. 

Résumé de l’éditeur :

« Fruit du riche travail de deux spécialistes incontournables de la passionnante époque des Carolingiens, cet ouvrage constitue une synthèse sur l’architecture carolingienne sacrée et profane. Grâce à une étude approfondie, il couvre tous les aspects de cette période, et ce, dans un espace culturel qui forme encore aujourd’hui le coeur historique de l’Europe. Cette unité est perceptible à travers un vaste panorama de sites illustrant la richesse de l’architecture carolingienne : les lieux de pouvoir, palais et châteaux ; les abbayes et les cathédrales avec leur domaine canonial. Ces monuments, d’une valeur artistique et historique incomparables, sont décryptés avec finesse et énergie par les auteurs. »

  • Hayot D., L’architecture fortifiée capétienne au XIIIe siècle. Un paradigme à l’échelle du royaume. Volume 4 – Monographies – Normandie, Pays-de-Loire, Bretagne, Dijon : édition du centre de castellologie de Bourgogne, 2021, 508 p., 700 ill.

Résumé de l’éditeur :

« Le problème du « château philippien », avec ses tours rondes, ses flanquements systématiques et ses archères en sifflet, hante la castellologie européenne depuis plus de 50 ans. Pour faire avancer cette question, Denis Hayot n’a pas hésité à reprendre un à un tous les sites fortfiés du xiiie siècle dans le royaume de France. Il en est sorti une thèse éblouissante, dont beaucoup ont entendu parler, mais que peu ont pu lire.

Le CeCaB a relevé le défi de publier in extenso ce monument en six gros volumes : un de synthèse et cinq de monographies régionales.

Le second volume paru (le vol. 4) contient 50 notices de fortifications de Normandie, Pays-de-Loire et Bretagne. »

lien vers l’éditeur : http://www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/publications/Hayot%204.html

  • Congrès archéologique de France, Monuments de la Manche. Châteaux et fortifications du Cotentin, (178e session, 2019), 2021, 400 p.

Résumé de l’éditeur :

« Le Cotentin, ce pays du bout du monde délimité par la mer sur trois côtés, possède un patrimoine maritime de premier ordre. Terre de manoirs devenus demeures de plaisance au fil des siècles, mais aussi d’ouvrages défensifs dans cette région où s’affrontèrent de nombreux belligérants depuis le Moyen Âge jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au travers de nombreuses monographies d’édifices inédites et richement illustrées, le 178e congrès archéologique de France vous invite à découvrir ces trésors méconnus de l’architecture militaire et civile du nord du département de la Manche. »

lien vers l’éditeur : https://www.librairie-epona.fr/livre/9782901837930-178e-congres-archeologique-de-france-monuments-de-la-manche-chateaux-et-fortifications-du-cotentin-collectif/#targetDetail

2. Dossiers de revue

  • Numéro spécial : Les forts villageois du Sud-Ouest de la France (XIVe -XVIIe siècle), Archéologie du Midi Médiéval, 39, 2021.

3. Articles :

Ph. Lefranc, J. Affolter, R.-M. Arbogast, F. Chenal, Fl. Jodry, M. Mauvilly, E. Rollinger et N. Schneider, « Achenheim : un habitat fortifié du dernier tiers du Ve millénaire (groupe de Bruebach-Oberbergen) en Basse-Alsace », Gallia Préhistoire [En ligne], 61 | 2021, mis en ligne le 14 septembre 2021.

Résumé des auteurs :

« Une fouille préventive conduite en 2016 sur le site d’Achenheim Strasse 2, à l’ouest de Strasbourg (Bas-Rhin), a permis l’étude, sur une surface d’un hectare, d’une partie d’un village ceinturé attribué à l’horizon Bruebach-Oberbergen, groupe épiroessénien installé en Basse-Alsace « Une fouille préventive conduite en 2016 sur le site d’Achenheim Strasse 2, à l’ouest de Strasbourg (Bas-Rhin), a permis l’étude, sur une surface d’un hectare, d’une partie d’un village ceinturé attribué à l’horizon Bruebach-Oberbergen, groupe épiroessénien installé en Basse-Alsace entre 4400 et 4250 av. J.-C. À cet horizon appartient la majorité des fosses de stockage mises au jour (au moins 211 et probablement plus de 350) et un long tronçon d’enceinte dessinant un segment de cercle suivi sur 155 m linéaires, constitué par un fossé continu à profil en V, large d’1,70 m en moyenne pour une profondeur équivalente. Le fossé, probablement flanqué vers l’intérieur d’une levée de terre comme l’indiquent les profils dissymétriques des comblements, est interrompu à deux reprises par des ouvertures présentant des dispositifs avancés que nous proposons d’assimiler à des entrées fortifiées. La construction de l’enceinte s’inscrit dans un projet unique ; seules les entrées ont, à divers degrés, fait l’objet de réaménagements. La découverte de cette enceinte que nous identifions comme un ouvrage à vocation défensive, marque une étape importante de la recherche sur les enceintes néolithiques régionales, jusqu’ici représentées, du Néolithique ancien à la fin du Ve millénaire, par les seuls monuments de « type Rosheim », monuments que les recherches récentes reconnaissent comme des centres cérémoniels. Le nombre de creusements, le volume important de certaines fosses de stockage et la surface couverte par l’enceinte (dont nous savons qu’elle se développe sur au moins 3 ou 4 hectares) suggèrent que le site a accueilli une population nombreuse, configuration inédite qui donne de l’organisation du territoire et de la société Bruebach-Oberbergen, une image très éloignée de celle que les sites régionaux nous avaient jusqu’ici amené à restituer : celle d’un habitat composé de fermes ou de petits hameaux dispersés. Nous nous interrogeons sur le contexte historique ayant favorisé l’émergence de ce grand village fortifié et proposons une corrélation avec un épisode de violence collective ayant touché la Basse-Alsace aux alentours de 4250 av. J.-C, épisode notamment illustré, à Achenheim même, par des dépôts humains très particuliers où nous identifions des vestiges de rites guerriers (fêtes de victoire). Outre son intérêt pour la restitution des processus historiques à l’œuvre dans le dernier tiers du Ve millénaire, le site offre également, par la relative abondance du mobilier exhumé, l’opportunité de mieux définir l’évolution stylistique de la céramique, de caractériser l’outillage lithique et osseux ainsi que le système d’élevage du groupe de Bruebach-Oberbergen. »

URL : http://journals.openedition.org/galliap/2235 ; DOI : https://doi.org/10.4000/galliap.2235

  • P. Bellanger, J. Cornec et R. Arthuis, « L’établissement enclos de La Métairie de la Lande à Guérande (Loire-Atlantique) : une possible ferme aristocratique du second âge du Fer », Revue archéologique de l’Ouest, 37 | 2021, 171-208.

Résumé des auteurs :

« L’établissement de La Lande, implanté sur le bord oriental du plateau de Guérande et sur la rive droite d’une amorce de vallon, a fait l’objet d’une fouille préventive en 2009, conduite sur une surface de 19 500 m². Huit phases d’occupations anciennes s’échelonnant entre le ive s. av. J.-C. et le début du iie s. apr. J.-C. ont été identifiées. La première phase correspond à un probable petit habitat ouvert daté de la fin de La Tène ancienne ou du début de La Tène moyenne. Au cours des quatre phases suivantes, entre La Tène moyenne et La Tène finale, une vaste ferme couvrant une superficie d’environ 1,4 ha et de plan pentagonal est bâtie, et connaît de multiples réaménagements. Cet établissement est ceinturé par une double enceinte sur les flancs nord et nord-ouest, triplée sur les autres côtés. L’enclos possède dès sa création une entrée orientale dotée d’un porche. À l’intérieur s’observent de nombreux fossés de partition structurant l’espace en modules communiquant entre eux et dont les passages sont le plus souvent munis de portails. La structuration du site à cette période est telle que la question de son statut, alors potentiellement aristocratique, se pose. La cinquième phase, attribuable à La Tène finale, semble marquer un déclin du statut de la ferme. Bien que modifié sur sa façade sud, l’établissement reste utilisé durant les deux phases suivantes, datées du ier s. apr. J.-C., avant d’être abandonné vers la fin du ier s. au profit d’un enclos à vocation de type agro-pastoral, chevauchant l’ancienne façade orientale. »

URL : https://journals.openedition.org/rao/6963

  • E. Sadourny, “Les villas romaines des cités arverne et vellave. Bilan historiographique et archéologique”, Aquitania, 37, 2021, p. 267.
  • M. Calbris, F. Baret, D. Delhoofs, P.M. Ganne, “Spécificités de l’habitat groupé du Haut-Empire dans la moyenne montagne arverne : nouveaux apports et réflexions à partir d’études de cas (Puy-de-Dôme, Cantal)”, Aquitania, 37, 2021
  • L. Borau, “Thermes privés et publics dans le territoire éduen et ses marges : réexamen de quelques fouilles anciennes”, Revue Archéologique de l’Est, 70, 2021, p. 279-306.
  • N. Delferrière et P. Nouvel, “La vie privée des Éduens : le décor de l’habitat urbain de la seconde moitié du Ier s. av. à la fin du Ier s. de n.-è.”, dans : M. Kasprzyk et M. Andrieu, Archéologies romaines en Gaule Lyonnaise. Hommages au professeur Gilles Sauron, 2021.
  • E. Esnault, “Le village du Mont-Saint-Michel : nouvelles données archéologiques”, dans : Journées archéologiques de Normandie – Rouen, 20 et 21 avril 2018, 2021.

lien vers l’éditeur : https://purh.univ-rouen.fr/node/1350

  • G. Deshayes, A. Bignon, D. Théolas, L. Gray, S. Save, “Aspects de la vie domestique et agricole médiévale et moderne à Carsix (Eure)”, Journées archéologiques de Normandie – Rouen, 20 et 21 avril 2018

4. Appels à communication

  • Tous Habitants ?, Géopoint 2022, Amiens 14-15 juin

Les propositions de communication doivent être adressées en français ou en anglais au plus tard le 15 mars 2022, au comité d’organisation : geopoint@univ-avignon.fr 

Résumé :

«Re–conceptualisé depuis le début du XXIe siècle, le concept d’habiter nomme, au-delà du seul fait de se loger, la dimension spatiale de l’humanité. Elle permet ainsi de dépasser l’opposition entre immobilités et mobilités afin d’appréhender les nouveaux modes de légitimation ainsi que d’analyser les appartenances multiples1 et autres habitants pluriels2. L’émergence de l’habitant, comme notion et objet scientifiques en découle. Elle croise les réflexions sur l’« individualisation » des sociétés3, voire sur la déconstruction de modèles de ce qui fait « société ». Dès lors, il est possible d’utiliser la notion d’habitant pour qualifier chacun et chacune à travers les singularités de sa ou de ses dimensions spatiales. Les lieux de naissance, de travail, de vacances, etc. deviennent ainsi autant de points sur une carte d’identités4 qui qualifie chacun et chacune. Dialogiquement, chacun et chacune habitent le Monde aussi bien que le Monde habite en eux 5 : tous sont ainsi faits des lieux fréquentés, imaginés, rêvés, etc. Le lien entre habiter et constructions identitaires est ainsi établi. Il est l’un des cœurs de ce Géopoint.

Cette approche par le singulier interroge les fondements classiques de la géographie, traditionnellement plus tournée vers les faits collectifs. Mais au-delà , elle questionne aussi une bonne part des sciences sociales, très attachées à la recherche de règles collectives. Or, dans ces nouvelles perspectives, la question des individualités pourrait en devenir un des thèmes d’étude majeur. C’est que les références s’accumulent, de la biographie historique6 à l’individualisme méthodologique7 et aux témoignages et réflexions auto–biographiques, littéraires ou non, qu’elles soient intellectuelles8 , méthodologiques9, analytiques, sociologiques10 ou… géographiques. C’est ainsi qu’il devient possible d’aborder, géographiquement, l’étude des personnes11.

C’est que les bouleversements du Monde contemporain, en particulier et parmi d’autres, ses dynamiques de mobilisations généralisées12 et le passage aux « sociétés à habitants mobiles »13 poussent les sciences sociales vers la pente des individualités, par exemple à travers les voix d’une « théorie du singulier »14 : en quoi chacun et chacune peut-il ou peut-elle être, tout à la fois, différent et identique à tous les autres ? De fait, même les habitants immobiles sont peu ou prou déplacés par les habitants mobiles, par exemple quand les touristes détournent de leurs usages précédents les lieux visités. »

Plus d’informations sur le site web du colloque : http://www.geopoint.space/index.php

  • À l’ombre des métropoles : habiter, travailler, gouverner, innover… Festival international de sociologie (quatrième édition), du 17 au 22 octobre 2022

Les résumés des communication doivent être adressées au plus tard le 8 avril 2022.

Résumé des organisateurs :

“Co-organisé par le laboratoire lorrain de sciences sociales de l’université de Lorraine et par la société d’émulation du département des Vosges, le festival international de sociologie (FISO) se centrera, pour sa quatrième édition, sur les dynamiques socio-spatiales à l’œuvre dans nos sociétés. Il interrogera le rôle et la place des villes petites et moyennes, questionnera la manière dont les dynamiques territoriales, étudiées le plus souvent à l’échelle métropolitaine, se déclinent sur des territoires aux contours diversifiés.”

Plus d’informations sur : https://calenda.org/960636

  • Cuisiner au château : Architectures, fonctions et usages de la cuisine castrale, Neuvième colloque international de Bellecroix, du 20 au 22 octobre 2023 – Château de Bellecroix (Chagny – S. & L.)

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le 31 décembre 2022, avec un argument d’une dizaine de lignes.

Résumé des organisateurs :

“La cuisine constitue, en Occident, un élément fondamental de la vie quotidienne dans tout espace résidentiel. C’est ici que, deux fois par jour au moins, on prépare les aliments destinés à être consommés. Les châteaux n’échappent pas à ce besoin et les cuisines y sont caractérisées par des agencements particuliers, parfois avec force annexes de stockage et d’élaboration des plats. Ce lieu où l’on apprête la nourriture, où on l’agrémente par des sauces et où, éventuellement, on la dresse, est animé par des hommes, du chef de cuisine au petit marmiton, en passant par des emplois subalternes comme le personnel affecté à la vaisselle. La cuisine de château est donc un espace de convergence, des êtres comme des produits, voire de convivialité.
    Mais la cuisine est aussi un art, celui d’élaborer un repas conforme aux codes d’une société ou du moins d’un groupe social, traduisant ainsi, parfois de manière spectaculaire, son adhésion à une culture et sa place dans une hiérarchie globale. La cuisine est donc un savant système de permanences et d’imitations, de traditions et d’innovations. Cuisiner au château n’est pas seulement une nécessité pour nourrir les résidents : c’est aussi un mode de différenciation, par lequel l’aristocrate se distingue ou se rapproche des modèles populaires, savants ou religieux.
    Du foyer central dans la grande salle, surmonté par un « louvre » où s’échappent les fumées, héritage des usages anciens, à la cuisine à foyer central typique des milieux princiers ou abbatiaux du XVe siècle, de multiples organisations de l’espace culinaire ont été mises au jour depuis des décennies. Mais elles ont fait l’objet de peu d’ouvrages de synthèse pour la période médiévale. Ainsi, le livre de Peter Brears (Cooking and Dining in Medieval England, Trowbridge, 2008) proposant un panorama très documenté pour les réalités britanniques, n’a pas son équivalent en France.
    Ce neuvième colloque de Bellecroix sera donc l’occasion de faire progresser la connaissance sur cet espace particulier du château, tant par des études de cas que par des essais de synthèse (architecturaux, topographiques, chronologiques ou statutaires). Il est entendu que l’approche porte sur les lieux de la cuisine au sens large mais en s’arrêtant toutefois à la porte de la grande salle.  Parmi les axes de réflexion qui pourraient orienter les propositions de communication, il semble nécessaire de progresser sur
1° la localisation des cuisines dans l’espace castral ;
2° une typologie des cuisines (éventuellement en relation avec le statut du maître d’ouvrage) ;
3° les liens entre l’espace des cuisines, le service à table, le cérémonial ;
4° les évolutions des programmes régissant l’organisation de la cuisine et des espaces associés durant le Moyen Âge ;
5° la possibilité de cuisines collectives et privatives au sein d’un même édifice ;
6° les nuances ou constantes entre les cuisines castrales et celles des communautés religieuses ou des milieux non aristocratiques ;
7° les questions de sécurité (l’incendie, le poison, la corruption des aliments).”

Plus d’informations sur : http://www.cecab-chateaux-bourgogne.fr/activites/colloques.html

Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

More Posts


Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search