Habiter au Sultanat d’Oman en 2022 : l’exemple de la Villa d’Houmoud al-Ghafri dans le village d’ad-Dariz

Au Sultanat d’Oman, parallèlement à la démographie exponentielle que connait le pays aujourd’hui[1], l’urbanisation bat son plein[2]. Des zones qui auparavant n’étaient pas habitées car les moyens techniques de l’époque ne permettaient pas de subvenir de manière pérenne aux besoins en eau de ses habitantes et de ses habitants, voient l’érection continue de « villas » individuelles[3] (Fig. 1). Les villages traditionnels en terre et pierre étant abandonnés depuis plusieurs décennies[4], c’est l’ensemble de la population omanaise, sans distinction sociale ou financière, qui occupe désormais l’une de ces larges demeures.

Figure 1 : Les « villas » du nouveau quartier périphérique de Bassora à ad-Dariz (cliché Jean-Luc Bertrand-Krajewski)

Si les thèmes de l’urbanisation au Sultanat d’Oman et de la remise en cause de sa « durabilité » sont maintenant bien documentés par la communauté scientifique[5], les travaux relatifs à la manière d’habiter ces nouvelles villas restent toutefois un parent pauvre de la recherche. Et pourtant, le passage parfois brutal, de l’habitat traditionnel (en terre crue pour la région de l’intérieur de l’Oman) à la vaste résidence bétonnée bénéficiant de l’eau courante et de l’électricité, a nécessairement modifié les manières d’habiter des Omanais et des Omanaises.

À la suite d’un entretien dirigé mené le 12 février dernier avec Houmoud al-Ghafri (Fig. 3) dans sa villa du vieux quartier de Husn al-‘Ali dans le village d’ad-Dariz (région de la Dhahirah, province d’Ibri, Fig. 2), ce billet présente quelques réflexions relatives aux manières d’habiter l’espace domestique en Oman aujourd’hui[6].

Figure 2 : La région de l’intérieur de l’Oman (DAO : B. Besnard)

Pendant plus d’une heure, Houmoud a eu à cœur de narrer l’histoire de sa maison : l’achat du terrain puis d’un autre par son père, la démolition de sa « veille maison » construite dans les années 1980, la construction de sa nouvelle maison de type villa en 2016 (plan, design, décoration, réaménagement), et la façon dont lui et sa famille occupent les différentes pièces qui la composent. Je m’attarderai plus particulièrement sur ce dernier point.

Houmoud, sa famille et l’histoire de sa maison

Houmoud a 30 ans. Il travaille à Sur (Fig. 2), une ville côtière située à environ 3h30 d’ad-Dariz, dans une société de gaz. Il parle très bien anglais et, dans l’attente de se marier, il vit avec sa mère, Raya, et une domestique indienne.

Figure 3 : Houmoud al-Ghafri devant l’entrée menant à la sallah de sa maison. On aperçoit derrière la deuxième entrée qui mène au majlis et en arrière-plan, ainsi qu’à droite, le mur d’enceinte (sur) et le portail principal (cliché de l’auteure)

Dans les faits, la maison d’Houmoud, qui a 10 frères et sœurs et 43 nièces et neveux, est continuellement occupée par les différents membres de sa famille qui habitent ad-Dariz. La raison de ce rassemblement tient au fait que depuis le décès de son père en 2007, la famille se regroupe quotidiennement autour de sa mère qui habite avec lui. En effet, plusieurs de ses frères, sœurs, neveux et nièces déjeunent et dinent tous les jours chez lui. En outre, nombres de ses neveux et nièces jouent durant une grande partie de la journée dans le hall familial (sallah) ou dans la cour (hush) de sa maison.

Le terrain où est bâtie sa maison est enclos par un mur d’enceinte (sur, Fig. 3) qui maintenant enserre à la fois sa maison et celle voisine de son frère. Du vivant de son père, cette maison voisine était une maison à part entière dotée de son propre sur. Les propriétaires décident dans les années 1980 de la vendre pour déménager dans une « nouvelle maison » (new house) ou « villa », probablement en dehors du quartier de Husn al-‘Ali. Ce n’est qu’en 2007 après son décès que ses héritiers décidèrent de la démolir pour en construire une nouvelle dans laquelle deux des frères d’Houmoud et leur famille ont habité un temps jusqu’à ce que l’un d’entre eux déménage et que le sur entre les deux maisons ne soit abattu. Plus tard, Houmoud rachète les parts de la maison familiale à ses frères et sœurs et fait construire une nouvelle « villa » en 2016 pour installer sa mère dans un environnement confortable. En outre, il cherche à mettre fin aux inondations qui ravageaient l’ancienne maison dès qu’un évènement pluvieux d’importance s’abattait sur ad-Dariz.

La maison d’Houmoud

La maison d’Houmoud est bâtie sur un terrain de 607 m2 et recouvre 476 m2. Elle est composée d’un sous-sol, d’un rez-de-chaussée et d’un premier étage ainsi que d’une cour qu’il partage avec la maison de son frère.

Le rez-de-chaussée

Figure 4 : Vue d’une partie du majlis de la maison d’Houmoud et de son entrée depuis l’extérieur (cliché de l’auteure)

La maison d’Houmoud dispose de deux entrées. La première mène au majlis (de jalasa, s’asseoir) qui est une vaste pièce de réception de 60 m2 essentiellement réservée aux hommes (de la famille et des visiteurs, Fig. 4). Le majlis de la maison d’Houmoud dispose de ses propres toilettes et d’une salle d’eau. Il communique aussi avec le reste de la maison à travers une porte qui facilite le service du café, des dattes et autres fruits lors des visites. Le majlis est une pièce incontournable de la maison omanaise ancienne comme actuelle. Dans les maisons de terre, le majlis était généralement localisé dans les niveaux supérieurs[7]. En effet, dans une maison traditionnelle le rez-de-chaussée était réservé aux espaces de stockage[8] parfois aux travaux domestiques ou artisanaux ou bien d’autres fois à l’aménagement de la cuisine[9]. Quant aux niveaux supérieurs (mezzanine(s), étage(s) et toit-terrasse(s), ils étaient en règle générale exclusivement réservés aux espaces d’habitation (cuisine, repas, réception, repos, etc.)

Figure 5 : Vue de la sallah et de son entrée directe depuis l’extérieur (cliché de l’auteure)

La deuxième entrée mène directement à la sallah ou hall familial (Fig. 5). Dans ce vaste espace de 40 m2 se déroulent les repas entre membres masculins et féminins de la famille qui s’y rassemblent à certains moments de la journée, les enfants s’y amusent, les femmes du quartier s’y rencontrent à heures régulières, etc. La sallah est uniquement réservée aux membres féminins et masculins de la famille et aux amies féminines de Raya qui viennent lui rendre visite vers cinq heures de l’après-midi, tandis qu’elle-même se rend dans une maison voisine vers neuf heures du matin[10]. La sallah est au cœur de la maison. Elle mène d’une part à la cuisine (matbah) qui mène elle-même à un espace de stockage (mahsan) puis à la cour extérieure (hush). D’autre part, elle communique avec un « espace pivot » ou « sas » qui accueille l’escalier et depuis lequel s’ouvrent trois chambres à coucher (sing. ghurfat). L’une d’elle est occupée par Raya, tandis qu’une autre est réservée au frère ainé d’Houmoud qui a une mobilité réduite et vit à Mascate.

Le premier étage

Le premier étage est composé de trois chambres. Celles-ci sont entièrement réservées à Houmoud et, quand il se mariera, à sa femme et à ses enfants. On y accède par un vaste « espace pivot » de 30 m2 dépourvu d’aménagement ou de mobilier. Il permet l’accès à l’ensemble des espaces du premier étage. Il est appelé « familly hall » sur le plan réalisé par les architectes de la maison d’Houmoud.

La chambre matrimoniale occupe 27 m2. Elle est inutilisée pour le moment et dispose d’un accès privé à une pièce que le plan indique comme étant un « dressing » et à une vaste salle de bain aménagée d’une baignoire/jacuzzi et d’une douche à l’italienne. Les deux autres chambres mesurent respectivement 24 et 25 m2 et disposent chacune de toilettes. Houmoud occupe pour le moment l’une d’entre elle lors de ses retours en fin de semaine.

Le hall du premier étage mène également à deux toits-terrasses (sing. sath) qui ne communiquent pas entre eux. Les deux toits-terrasses mesurent environ 45 m2. Ils sont circonscrits d’un parapet (sing. sitar) qui rappelle les parapets crénelés des maisons en briques de l’intérieur de l’Oman (Fig. 6).

Figure 6 : Parapet crénelé et rénové d’une maison en terre du village d’al-Wista dans l’oasis d’al-Hamra (cliché de l’auteure)

À l’époque, le toit-terrasse était un espace à part entière au sein de la maison traditionnelle omanaise. Il permettait de jouir d’un espace à la lumière du jour – puisque beaucoup de maisons étaient alors mitoyennes, sans jardin, ni cour intérieure[11] – tout en restant dans l’intimité de l’espace domestique grâce au sitar. Il servait notamment d’espace de couchage durant les chaudes nuits d’été. On y étendait le linge, on pouvait aussi y cuisiner ou s’atteler à d’autres tâches domestiques tôt le matin ou tard le soir. Chez Houmoud, et plus généralement en Oman aujourd’hui, cet espace est rarement, voire jamais utilisé. Houmoud confie venir y fumer en cachette. Il précise qu’au besoin les deux toits-terrasses pourraient être transformés en pièces supplémentaires. En l’état, le sol présente un revêtement rugueux, noir et plastifié qui ne donne guère envie d’y stationner. À intervalle régulier, le sol est interrompu par les blocs extérieurs des climatiseurs de la maison puisque chaque pièce de la « villa » est pourvue d’une telle installation. Certaines pièces disposent également d’un ou deux ventilateurs (sallah, majlis) en plus d’un climatiseur. Dans l’intérieur de l’Oman où les températures peuvent monter jusqu’à 50°C en été, les chaudes nuits d’été ne sont donc plus qu’un lointain souvenir…

Le sous-sol

Le sous-sol de la maison est composé de trois chambres à coucher. Deux sont appelées « bedroom » et l’une « maid’s room » sur le plan des architectes. Cette dernière est effectivement occupée par la domestique de la maison. Elle recouvre 14 m2 et dispose en plus d’un espace salle d’eau/toilettes. Houmoud précise que le sous-sol (i.e. les deux « bedrooms ») n’est pas utilisé par un ou des individus particuliers de sa famille car leur proximité avec le puits de la cour favorise les remontées humides. L’une des chambres a d’ailleurs été transformée en véritable salle de sport où l’on retrouve poids, altères et plusieurs machines de musculation. De vastes miroirs tapissent deux murs tandis que les deux autres sont recouverts de tags. Houmoud précise qu’ils ont été réalisés par l’un de ses amis (Fig. 7).

Figure 7 : L’une des chambre du sous-sol transformée en salle de sport (cliché de l’auteure)

Sous l’escalier, dans l’« espace pivot », ou « sas », du sous-sol deux nattes sont entreposées à côtés de dix seaux qui servent au stockage et au séchage des dattes (Fig. 8). Chez Houmoud, cet espace de stockage n’est aménagé d’aucun élément architectural particulier. Dans certaines maisons traditionnelles, l’espace de stockage des dattes que l’on appelait parfois sih[12] était immédiatement remarquable : de petits murets posés verticalement sur les parois des murs délimitaient des caissons ouverts d’une cinquantaine de centimètres de large qui permettaient l’entrepôt des sacs de dattes les uns sur les autres. Avec le temps, les parois des caissons se noircissaient. D’autres fois, les dattes étaient plus simplement stockées dans des jarres remplacées aujourd’hui par des seaux en plastiques colorés, comme on le voit chez Houmoud et comme on peut l’observer dans d’autres maisons aujourd’hui. Les dattes ayant simplement besoin d’être loin de la lumière du jour et des variations trop intenses de températures.

Figure 8 : L’entrepôt des dates et autres dans l’« espace pivot » du sous-sol de la maison d’Houmoud (cliché de l’auteure)

Conclusions

Si l’architecture et les matériaux d’une maison traditionnelle de l’intérieur de l’Oman construite avant les années 1970 et d’une « villa » omanaise bâtie il y a peu, ont des allures parfois radicalement différentes, on remarque tout de même une certaine pérennité dans les manières d’habiter des Omanais et des Omanaises. À travers l’exemple de la maison d’Houmoud, que je remercie pour son accueil chaleureux, il est flagrant de constater que la séparation genrée des espaces (majlis = masculin, sallah = féminin à certaines heures de la journée) tout comme la présence d’espaces qui rassemblent l’ensemble des membres de la maisonnée quel que soit leur genre (sallah, cour ou hush) existent encore aujourd’hui. Au fil de la journée, on se rend compte que la « maison omanaise » – qu’elle soit traditionnelle ou contemporaine – est un véritable théâtre où les pièces de vie et les individus jouent chacun leur part à tour de rôle.

On remarque également que certains espaces de la maison traditionnelle, qui se retrouvent également dans une « villa » omanaise moderne, ont aujourd’hui perdu leur raison d’être. C’est notamment le cas du toit-terrasse ou sath. D’autres encore, comme le sih, cet espace de stockage des dattes, ont été effacés des plans modernes tandis que leur fonction a été relogée ailleurs dans la maison. Chez Houmoud, le stockage des dattes a été relégué au sous-sol dans un espace sans nom (que j’appelle ici l’« espace pivot » ou « sas », Fig. 9). On retrouve un espace de ce type à chacun des niveaux de la maison d’Houmoud. Il parait à chaque fois avoir une fonction et une utilisation flexible, voire parfois n’avoir aucune véritable raison d’être que celle de permettre la circulation entre les « réels » espaces fonctionnels de la maison (i.e. chambres, sallah, maglis). On remarque aussi l’aménagement récurent de corridors d’accès (quatre en tout) alors qu’en règle générale, les maisons en terre privilégiaient les accès directs.

Figure 9 : L’« espace pivot » ou « sas » du rez-de-chaussée (à droite, l’escalier, à gauche, l’entrée dans la sallah, cliché de l’auteure)

Ces modifications découlent inévitablement de la modernisation des constructions (eau courante, raccordement au tout à l’égout, électricité, climatiseurs, etc.) Ajoutons que cette modernisation a également contribué à l’élargissement du panel de pièces que l’on retrouvait alors dans la maison traditionnelle omanaise puisque chez Houmoud, on retrouve des salles de bains[13] (parfois une pour chaque chambre ou ghurfat), un dressing, ou encore une salle de sport.

Par ailleurs, certains espaces voient leurs fonctionnalités s’amenuiser. En effet, à l’époque, une chambre ou ghurfat qui témoignait d’un vaste panel d’activité selon les heures, les saisons ou le statut et le genre des individus qui l’occupaient, est aujourd’hui utilisée par un seul individu qui y performe une unique activité à savoir dormir, se reposer et réaliser ses besoins intimes et corporels grâce à la présence de toilettes et/ou d’une salle de bain. De plus, certaines pièces sont aujourd’hui monofonctionnelles : la salle d’eau sert à se laver et faire ses besoins, le dressing permet d’entreposer ses habits, et la salle de gym d’entretenir son physique.

La « villa » d’Houmoud, et avec elles toutes les villas construites sur le territoire omanais depuis les années 1970-80, ne répondent plus au schéma binaire des maisons traditionnelles où les fonctionnalités de l’habitat étaient réparties entre le rez-de-chaussée d’un côté et les niveaux supérieurs de l’autre. On voit même qu’une des activités premières liée à l’idée même de « maison » qui est celle de dormir, se reposer, se retrouve dispersée à tous les niveaux du bâtiment puisque le sous-sol, le rez-de-chaussée et le premier étage disposent de trois chambres chacun. Plusieurs réalités recouvrent cet état de fait : en tant que personne à mobilité réduite, il était nécessaire pour Houmoud d’aménager pour son frère une chambre accessible en fauteuil roulant. En outre, la localisation de la chambre de sa mère au rez-de-chaussée permet de lui éviter d’emprunter les escaliers.

On retrouve dans la villa moderne, les pièces de réceptions traditionnelles (sallah et majlis) – qui étaient à l’époque dans les niveaux supérieurs – au rez-de-chaussée. Elles sont donc immédiatement accessibles aux visiteurs et aux membres de la maisonnée par deux entrées directes et distinctes depuis le portail principal. Leur localisation moderne résulte inévitablement de l’éclatement à tous les niveaux de la maison des espace intimes (chambres, salles d’eau, cuisine, sallah) et permet avec subtilité, d’éviter les rencontres entre individus de genre et/ou de statuts différents puisque la société omanaise opère encore aujourd’hui au sein de l’espace domestique – et de l’espace habité en règle générale – un clivage spatial associé à un roulement temporel savamment orchestré. Il est intéressant de noter qu’une maison traditionnelle était généralement pourvue d’une seule entrée principale (accessible selon les cas, depuis la rue ou une cour extérieure partagée) mais que la dissimulation des espaces au regard des visiteurs était assurée grâce à une astucieuse imbrication des modules et de leurs accès les uns par rapport aux autres ainsi que parfois, à la multiplication des escaliers menant aux niveaux supérieurs[14].

Enfin, dans le cas de la société omanaise en générale, – car ce n’est pas uniquement le cas d’Houmoud et de sa famille – on constate que le terme d’« habiter » est difficile à employer de manière uniforme (dans le sens : une maison = un ou plusieurs individus appartenant au même noyau familial). En effet, ce terme revêt plusieurs réalités comme celles de cuisiner, manger, se divertir, recevoir, (se) laver, dormir, etc. Or on voit bien que les autres membres de la famille d’Houmoud « habitent » en partie avec lui et sa mère puisque par exemple plusieurs de ses frères, sœurs, neveux et nièces prennent toutes et tous leur repars chez Houmoud.

Bibliographie (non-exhaustive) :

  • Al‑Abri H. N. S. (2014) : Urban Pattern & Architecture of Traditional Omani Foot-hill Settlements: alHamrā and Birkat alMawz, Thèse de doctorat, Nottingham Trent University (inédit).
  • Bandyopadhyay S. (2011) : Manah: An Omani Oasis, an Arabian Legacy. Architecture and Social History of an Omani Settlement, Liverpool.
  • Bandyopadhyay S., Quattrone G. et Al‑Abri H.N. (2013) : « In times of war: Typological and morphological characteristics of dwellings in Hārat al‑Yemen in Izkī, Oman », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 43, p. 27‑46.
  • Benkari, N. (2017) : « Urban Development in Oman: an Overview », Sustainable Development and Planning, 9, 143-156.
  • Besnard B. (2020) : « Une démarche ethnoarchéologique appliquée à l’évacuation des eaux au sein d’une architecture de terre : trois études de cas dans la région de l’intérieur de l’Oman », Frontières 3, en ligne : https://publications-prairial.fr/frontiere-s/index.php?id=415.
  • Damluji S. S. (1998) : The Architecture of Oman, Reading.
  • Eickelmann C. (1984) : Women and Community in Oman, New York.
  • Klinger, T. (2020) : « Oman : une politique de logement pour forger un Etat-nation moderne », NAQD, 38/39, 141-171.
  • Nebel, S. et A. Von Richtofen éd. (2016) : Urban Oman: Trends and Perspectives of Urbanisation in Muscat Capital Area, Zurich.
  • Taylor-Soubeyran M. et C. Vignes-Dumas (1985) : Architecture vernaculaire au Sultanat d’Oman, Paris.
  • Von Richtofen, A. (2019) : Spatial Diversity and Sustainable Urbanisation in Oman, Thèse de doctorat, Technical University Carola-Wilhelmina, Brunswick (inédit).

Notes

[1] La population omanaise était de 1 483 226 en 1993 contre 2 813 726 en 2022 (voir https://data.gov.om/OMPOP2016/population?indicator=1000140&region=1000020-muscat&nationality=1000010-omani)

[2] Nebel & Von Richtofen éd. 2016, p. 24.

[3] Idem, p. 31 ; Klinger 2020, p. 142.

[4] Prenons l’exemple des villages d’al‑Wista à al‑Hamra et d’as‑Saybani à Birkat al‑Mawz (Fig. 3), fondés dans la seconde moitié du 17ème s. ap. n. e., et respectivement inoccupés depuis 2001 et le milieu des années 1980 (Al‑Abri 2014, p. 13 et 159).

[5] Voir Benkari 2017 et Von Richtofen 2019 et bibliographie associée.

[6] Je remercie vivement Walid al-Ghafri du Ministère du Patrimoine et du Tourisme en Oman de la branche d’Ibri travaillant avec nous dans le cadre de la mission archéologique française de Bat al-Arid, de m’avoir présenté à Houmoud al-Ghafri (tous deux n’ayant aucun lien de parenté malgré leur nom de famille).

[7] Damluji 1998, p. 284, 309, 331, 334, etc. (recensement non-exhaustif).

[8] Idem 1998, p. 284.

[9] Idem, p. 344.

[10] Sur ce point, l’anthropologue C. Eickelman (1984) relate avec justesse les rencontres quotidiennes des femmes dans le village en terre d’al-Hamra (Fig. 2) dans les années 1979-1980.

[11] Bandyopadhyay 2011, p. 273-288 ; Bandyopadhyay, Quattrone & Al‑Abri 2013, p. 28.

[12] Damluji 1998, p. 309-482.

[13] Dans les villages traditionnels, les espaces liées à la propreté corporelle étaient majoritairement localisés en-dehors de l’espace domestique, à proximité ou sur les canaux d’irrigation (aflag) des villages (Besnard 2020).

[14] Taylor-Soubeyran & Vignes-Dumas, 1985, p. 68.



Citer ce billet
Blandine Besnard (2022, 2 mars). Habiter au Sultanat d’Oman en 2022 : l’exemple de la Villa d’Houmoud al-Ghafri dans le village d’ad-Dariz. (Co)Habiter. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n01e

Blandine Besnard

Doctorante (Archéorient, UMR 5133) en archéologie du Proche-Orient ancien.

More Posts

Blandine Besnard

Doctorante (Archéorient, UMR 5133) en archéologie du Proche-Orient ancien.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Céline Guilleux dit :

    Chère carnetière,

    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une des portails fr.hypotheses.org et hypotheses.org.

    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypothèses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search