Retour sur la journée d’études dédiée aux fonctions et à l’organisation des maisons

Intitulée Habiter l’unité domestique. Regards croisés sur les fonctions et l’organisation des maisons, la deuxième journée d’études du Labo Junior CoHabiter s’est tenue le 10 décembre 2021 à Lyon avec le concours financier de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le soutien de l’Université Lumière Lyon 2, à six mois d’intervalle de la première journée dédiée aux mots de l’habitat et de l’habiter (cf https://cohabiter.hypotheses.org/358).

En organisant cette deuxième journée, les membres du Labo Junior ont souhaité, cette fois-ci, s’intéresser à l’organisation interne des maisons et à la fonction de leurs espaces intérieurs dans le monde et à travers les Âges. Cette journée a ainsi rassemblé quatre archéologues et deux architectes qui étudient des maisons d’Israël, de Palestine, d’Oman, d’Italie, d’Egypte, de Syrie, du Liban ou de France, installées en montagne, en plaine ou dans une région côtière, qui ont été construites en ville, dans un village ou isolé dans les alpages entre le quatrième millénaire avant notre ère et le siècle dernier.

Dans la première communication intitulée « Evacuation des eaux et organisation de l’espace domestique dans les villes du Levant sud à l’âge du Bronze (ca 3500-1200 av. n. è.», l’archéologue Blandine Besnard (Lyon 2, Archéorient, UMR 5133, Labo Junior CoHabiter) s’est intéressée aux installations destinées à évacuer l’eau des maisons urbaines d’Israël et de Palestine à l’Âge du Bronze. Elle a montré qu’à cette époque, seule une minorité de sites urbains du Levant sud  (Megiddo, Hazor, Tell el Ajjul et Gezer) avait des maisons pourvues de canalisation, de conduite ou de puisard destinés à évacuer l’eau et qu’elles ne représentaient qu’un petit nombre de leurs maisons de ville.

Blandine Besnard a ensuite présenté les installations dédiées à l’évacuation de l’eau retrouvées sur ces quatre sites et leur emplacement dans les maisons, puis elle est revenue sur l’interprétation qui a été proposée pour les espaces domestiques pourvus d’un système d’évacuation des eaux et s’est intéressée à ce que leur présence peut nous apprendre des espaces où ils ont été découverts. Elle a ainsi montré qu’ils peuvent nous renseigner sur la nature et la fonction de ces espaces, notamment s’ils étaient couverts ou ouverts et s’ils étaient dédiés ou non à la réalisation d’une activité particulière qui nécessitait de l’eau, comme certaines activités artisanales ou des pratiques liées à l’hygiène corporelle (sur la question des salles d’eau et d’hygiène au Proche Orient ancien : cf https://cohabiter.hypotheses.org/286) par exemple, et ainsi l’intérêt que revêt l’étude de ce type d’installation dans les maisons urbaines du Levant sud de l’Âge du Bronze.

La deuxième communication, de l’architecte Naima Benkari (Université Sultan Qaboos, Muscate, Civil and Architectural Engeneering Departement), est intitulée « L’habitat traditionnel au Sud du Sultanat d’Oman : la maison dhofari et son environnement ». Elle s’est intéressée aux habitats de la région côtière du Dhofar, une région située au sud du sultanat d’Oman, et plus particulièrement aux habitats traditionnels de sa capitale, Salalah, dont elle a montré qu’ils sont représentatifs de l’architecture domestique dhofari. 

Lors de sa communication, Naima Benkari a présenté les plans, les élévations, les formes, les matériaux de construction et les décors d’une sélection de maison de Salalah, ainsi que les formes, les fonctions et les dénominations de leurs espaces internes dont elle a montré que si la plupart avait une fonction précise, certains avaient gardé une polyvalence.

Elle a mis en évidence que les maisons traditionnelles dhofari se caractérisaient par des formes et des composantes particulières qui résultent d’une adaptation à leur environnement naturels, à savoir :

  • une façade bicolore rythmée par des fenêtres ordonnancées régulièrement (fig. 1), plus nombreuses côté sud que côté nord, de manière à privilégier les ouvertures vers la mer ;
  • un rez-de-chaussée disposant d’une cour et de pièces dédiées aux activités de la famille ;
  • un étage noble au premier niveau, desservi par un grand corridor destiné à distribuer les différentes pièces de vie et de réception de l’étage noble, plus aéré que le rez-de-chaussée et offrant une vue sur la ville et sur la mer, et par un escalier central reliant les différents niveaux de la maison.
Figure 1 : Maison ancienne de Salalah (cliché : © Eric Lafforgue)
(https://www.flickr.com/photos/mytripsmypics/6985192427/in/album-7205759406667310)

Elle a aussi montré l’importance qu’y avaient les fenêtres, qui y sont un espace de vie à part entière dans les pièces et qui permettent, avec l’ouverture centrale de la maison, de gérer son aération et la température de son air grâce à la ventilation de ses espaces en chassant l’air chaud de la maison par l’air frais marin extérieur à la maison.

Dans la troisième communication intitulée « Habiter à Pompéi au IIIe et IIe s. av. J. -C. : l’atrium et l’organisation de l’espace domestique » l’archéologue Dora d’Auria (Université de Naples L’Orientale, Département Asie, Afrique et Méditerranée) s’est intéressée à l’atrium des maisons romaines, qui était un espace qui avait la particularité d’avoir un rôle central dans l’organisation fonctionnelle de la maison, où il servait à distribuer les pièces et à différencier les accès, ainsi que dans le cadre de la vie domestique puisqu’il accueillait une grande partie des activités domestiques et religieuses de la famille, et d’avoir été également dédié à la réception des personnes extérieures à la famille lors des cérémonies d’hommage au maître de maison.

Elle a montré que, dans les maisons pompéiennes du IIIe et du IIe s. av. J.-C., cet espace central avait soit la forme d’une grande pièce rectangulaire centrale couverte qui distribuait deux ailes sur ses longs côtés (atrium testudinatum), soit la forme d’un espace central quadrangulaire, partiellement non couvert, qui distribuaient quatre ailes disposées sur chacun de ses côtés (atrium toscan).

Elle a présenté les exemples connus de ces deux formes d’atrium par les fouilles stratigraphiques menées sur les niveaux pompéiens antérieurs à 79 ap. J. -C.

Elle a ensuite montré que l’atrium toscan, qui permettait de mettre en majesté le maître de maison avec son plan axial où se succédait en enfilade l’entrée, l’atrium et le tablinum (bureau) du maître de maison (fig. 2), est la forme architecturale d’atrium qui a été privilégiée par les élites urbaines pour leur maison dès le IIIe s., que l’atrium testudinatum a été privilégiée, au IIIe s., par les propriétaires de statut social plus modeste et que cette forme d’atrium a été petit à petit délaissée, au cours du IIe s., par ces mêmes propriétaires de statut social plus modeste au profit d’une forme simplifiée de l’atrium toscan qui imitait, en version plus modeste, celui des maisons de l’élite urbaine, ce qui leur permettait ainsi d’imiter aussi leur mode de vie.

Figure 2 : Evocation de l’atrium de la Maison du Faune de Pompéi avec le maitre de maison dans son tablinum (© J. -C. Golvin)
(https://jeanclaudegolvin.com/project/italie/italie-pompei-faune-jc-golvin/)

La quatrième communication, celle de l’archéologue Giorgia Marchiori (Université de Durham, Département d’Archéologie), intitulée « Reconstructing a building : the case of Late Roman house of Kom-al-Ahmer » a présenté les résultats de la fouille fine d’une maison de l’Antiquité tardive de Kom-al-Ahmer, un site situé en Basse-Egypte, dans le delta occidental du Nil et dans l’actuel gouvernorat de Beheira. 

À travers cet exemple, Giorgia Marchiori a montré les différentes traces archéologiques qui peuvent être documentées de la vie d’une maison, à savoir celles qui relèvent de ses phases de construction, de développement et d’abandon, et ce qu’apporte la fouille fine d’une maison à la connaissance de son histoire et plus largement à celle du quartier dans lequel elle s’insère. 

Elle a ainsi démontré l’intérêt que revêtait la fouille minutieuse de chaque bâtiment pour documenter son histoire et plus largement l’histoire d’un quartier, et l’apport que pourrait avoir la multiplication de ce type de fouille en Egypte pour la connaissance de l’histoire de l’architecture domestique égyptienne ancienne et aussi plus largement pour la connaissance des villes égyptiennes antiques, les fouilles à grandes échelles comme celles qui ont été menées sur les villes d’Amarna et de Deir-el-Medina étant encore trop peu nombreuses en Egypte si bien que la réalité matérielle des villes antiques y est encore grandement méconnue.

Dans la cinquième communication intitulée « Fermes – villas en Syrie et au Liban à la période protobyzantine », l’architecte Gérard Charpentier (Maison de l’Orient et de la Méditerranée – FR 3747) s’est intéressé à des maisons rurales bâties entre la fin du IVe s. et le milieu du VIe s. dont la qualité de leur état de conservation permet d’en proposer des restitutions architecturales quasi complètes.

Il a ainsi présenté un vaste édifice en pierre du village d’El-Jaouze, au Liban, situé à 1400 m d’altitude, le long d’une ancienne route reliant Beyrouth à Damas, et la restitution architecturale qui pouvait être proposée de ce bâtiment identifié à une maison, qui est actuellement arasé au niveau du rez-de-chaussée.

Il a ensuite présenté des fermes-villas protobyzantine du village de Sergilla, en Syrie du Nord, situé au cœur du gebel Zawiye, à une altitude de 636 m, et les restitutions qui peuvent en être faites à partir des vestiges conservés sur un ou plusieurs mètres en élévation.

Il a montré que ce type d’habitat rural comprenait généralement un bâtiment principal bordé d’un portique et une cour close dans laquelle pouvait être installé un ou des bâtiments annexes, et que les plus imposants exemples de ce type avait généralement un bâtiment principal à étage (fig. 3).

Figure 3 : Evocation de la maison 02 de Sergilla, vue depuis le nord-est (© C. Duvette)
(Antiquité Tardive21, 2013, p. 145, fig. 7c).

Dans la sixième communication intitulée « Habiter un alpage de haute-montagne du XIIe au XIXe siècle : l’alpage de Sales à Sixt-Fer-à-Cheval (Haute-Savoie) », l’archéologue Christophe Guffond (Service Archéologique et Patrimoine Bâti, Haute-Savoie) s’est intéressé aux chalets d’alpage qui ont la triple particularité :

  • d’être bâti à haute altitude ;
  • d’être destiné à n’être occupé qu’une partie de l’année par les bergers et leur familles qui y vivent, les étés, avec leur troupeaux,
  • et d’avoir souvent une tradition constructive propre à chaque hameau, chacun ayant sa propre pratique de l’alpage. 

Il a présenté ceux de Sales, bâtis à une altitude comprise entre 1900 et 2800 m sur les alpages de la commune de Sixte-Fer-à-Cheval (fig. 4), qui ont une identité architecturale propre dont il a présenté les caractéristiques.

Figure 4 : Les chalets de Sales
(http://nathrandohautesavoie.over-blog.com/article-les-chalets-de-sales-1886m-40560272.html)

Il s’est ensuite s’interrogé sur l’évolution de la forme de ces habitats saisonnier apparus à Sales au XIIe s. lors du développement de la pratique de l’alpage par l’abbaye de Sixt. Il a montré que leur architecture particulière résultait de leur adaptation à leur usage particulier (être habité de manière saisonnière pour la garde des troupeaux) et à l’environnement de haute-montagne dans lequel ils ont été construits, qui impliquaient leur réparation voire leur reconstruction partielle ou totale à chaque nouvelle saison, les chalets y étant régulièrement ensevelis, les hivers, sous plusieurs mètres de neige voire emportés par des avalanches.

Cette deuxième journée dédiée aux fonctions et à l’organisation des maisons montrent ainsi l’importance de fouiller minutieusement les habitats ; de s’intéresser à tous les indices mobiliers et immobiliers liées à la vie de la maison afin d’aller, lorsque cela est possible, jusqu’à la restitution de son aspect architectural et du mode de vie de ses habitants et d’étudier leur évolution au cours du temps ; mais aussi l’importance que peut avoir l’environnement dans lequel la maison a été construite sur son aspect architectural et sur son organisation interne.

Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

More Posts


Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search