Retour sur la journée d’études dédiée aux mots de l’habitat et de l’habiter

La première journée d’études du Labo Junior CoHabiter, intitulée Les mots de l’habitat et de l’habiter,s’est tenue le 4 juin 2021 à Lyon avec le concours financier de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le soutien de l’Université Lumière Lyon 2 et de l’Institut national de recherches archéologiques préventives.

En montant le Labo Junior dédié à l’habitat et à l’habiter dans le monde et à travers les Âges, les membres ont souhaité s’intéresser aux questions et aux thèmes qui fédèrent les recherches des différentes disciplines qui étudient l’habitat quelle que soit l’aire géographique et le champs chronologiques étudiés, l’habitat ayant la particularité d’avoir été au cœur des préoccupations humaines depuis la sédentarisation.

Or une des premières difficultés auxquelles est confrontée toute personne qui travaille sur l’habitat est la richesse du vocabulaire qui existe dans les langues actuelles et anciennes pour désigner le logement. En effet, rien que dans la langue française contemporaine pour parler du logement, il existe une multitude de termes que chacun d’entre nous utilise, parfois comme des synonymes d’ailleurs, pour désigner son lieu d’habitation et parmi lesquels on retrouve notamment les mots “appartement”, “maison”, “logis”, “chez-soi”, auxquels s’ajoutent aussi ceux qui appartiennent à un registre plus familier comme “piaule”, “nid”, “niche”, “repaire” ou “baraque”. 

Cette richesse n’est pas propre à la langue française puisqu’elle se retrouve dans les autres langues contemporaines mais aussi dans les langues anciennes. Ainsi les gens qui travaillent sur les habitats contemporains hors des zones francophones ou sur les habitats des mondes anciens sont confrontés aux problèmes de désignation de ces réalités et de leur traduction dans la langue française. Aussi, pour lancer le cycle des journées d’études sur l’habitat et l’habiter, les membres du Labo Junior ont-ils souhaité commencer par une journée dédiée à ces questions de vocabulaire.

Cette première journée a ainsi porté sur des questions ayant trait au vocabulaire des maisons à travers les Âges et les aires géographiques.

Dans la première communication intitulée « Habiter à Ur au tournant du IIIe et du IIe millénaires av. n. è. : questions de vocabulaire aux problèmes historiographiques », l’archéologue Laura Battini (Collège de France, PROLAC, UMR 7192) s’est attachée à interroger le modèle de la maison type d’Ur tel qu’il a été élaboré par l’archéologue anglais Charles Leonard Wooley à partir d’une des maisons qu’il a fouillées à Ur au début du XXe s. (fig. 1) alors même que le plan de la maison qu’il a choisie comme modèle type ne reflétait en réalité pas la diversité de plans des maisons mises au jour lors de ses fouilles du quartier domestique AH.

Fig. 1 Reconstitution d’une maison type d’Ur par A.S. Whitburn, ca. 1930 (© Penn Museum 2020).

Laura Battini a ensuite analysé le lexique paléo-babylonien lié à l’habiter au début du IIe s. millénaire avant notre ère, ainsi que la traduction et l’interprétation qui en ont été faites dans nos langues contemporaines. Puis, elle a mis en évidence les erreurs qu’ont pu engendrer, dans l’historiographie, des interprétations hâtives ou simplifiées des données archéologiques et textuelles disponibles quant à la compréhension des maisons paléo-babyloniennes d’Ur. Elle a en effet démontré qu’une lecture trop rapide et trop simplifiée des vestiges et que l’utilisation d’un vocabulaire paléo-babylonien mal maitrisé a des conséquences sur la volumétrie et la surface restituées aux espaces à vivre des maisons, mais aussi sur la fonction qui est restituée aux pièces de la maison, et par extension sur la restitution sociologique qui a été faite des habitats de l’époque paléo-babylonienne dans l’historiographie.

La deuxième communication, de l’historien Richard Bouchon (Université Lumière Lyon 2, HiSoMA, UMR 5189), est intitulée « ’Kata tas kalybas malista tas en tois oresin’ : la cité et l’imaginaire de l’habitat ». Elle s’est intéressée aux mots de l’habitat formés dans la langue grecque ancienne sur les termes de kalyba, stégè, skènè et klisia qui renvoient aux fonctions premières de l’habitat, à savoir cacher, couvrir, faire de l’ombre et permettre le repos, pour s’interroger sur le caractère plus ou moins rudimentaire des habitats qui ont été désignés par ces mots, mais aussi sur la connotation qu’ils pouvaient avoir pour les auteurs anciens qui les ont employés, ainsi que sur la part que ce type d’habitat rudimentaire a pu avoir à leurs yeux dans la définition d’une communauté politique, ces derniers semblant avoir été employés pour renvoyer à une société plus primitive. En effet, au IIe s. ap. J. -C., le voyageur Pausanias (Description de la Grèce, X, 4, 1) hésite à qualifier de cité (polis) l’agglomération de Panopeus, en Phocide, qui ne possédait aucun des équipements urbains qui ornaient alors les villes antiques orientales et dont la population vivait dans des habitations de construction médiocre (stegai) qui ressemblent à des cabanes de montagne (kalybai), un type de construction rudimentaire que maitrisait déjà, selon Pausanias (Description de la Grèce, VIII, 1, 5) le premier roi des Arcadiens, le montagnard Pélasgos.

Dans la troisième communication intitulée « Nommer et analyser les réalités antiques de l’habitat, entre lexique gréco- latin et nomenclature moderne » l’archéologue Hélène Wurmser (Université Lumière Lyon 2, IRAA, USR 3155) a interrogé le vocabulaire utilisé par les archéologues pour étudier l’habitat antique et la pertinence de l’emploi du lexique gréco-latin pour décrire les vestiges mis au jour par les fouilles. Elle a montré les biais que l’usage de termes latins et grecs, comme atrium ou oecus maior par exemple, pouvaient implicitement impliquer pour décrire les vestiges archéologiques relatifs au logement et les implications historiques que leur emploi véhiculait quant à l’interprétation des pratiques et des usages du logement. A travers des exemples publiés d’habitats grecs antiques, elle a ainsi démontré les dangers de la tendance qui se répand en archéologie à employer les termes latins et grecs en guise de description architecturale et d’interprétation des vestiges. Elle a également mis en évidence l’importance que revêt l’emploi de termes modernes neutres dans la description architecturale des habitats antiques et la nécessité de réserver, dans la littérature scientifique moderne, le vocabulaire gréco-latin à un discours interprétatif raisonné où ce dernier aura été préalablement redéfini et sourcé.

La quatrième communication, celle de l’historien Jean-Pierre Guilhembet (Université de Paris, ANHIMA, UMR 8210), intitulée « Quand la domus romaine a-t-elle un nom propre ? Questions de domonymie dans la ville de Rome (de la République à l’Antiquité tardive) » s’est intéressée aux noms qui ont été donnés aux hôtels urbains de Rome dans l’Antiquité afin de pouvoir les différencier les uns des autres. Il s’est attaché à esquisser une typologie des noms des demeures urbaines qui nous sont parvenues avant de s’interroger sur les raisons qui ont pu amener à nommer un hôtel urbain particulier dans la Rome antique, sur l’origine des noms qui leur ont été donnés, sur la durée pendant laquelle ces noms sont restés attachés à la maison à laquelle ils furent donnés et sur le contexte dans lequel le nom d’une maison fut employé dans les sources qui nous permettent de le connaître. Il a montré que des noms de maison ont été formés sur le nom d’une famille qui l’a occupée pendant plusieurs générations, comme la domus Fabricia (Placidus, Glossary, V, p. 68 [édition Goetz]) qui dut être la demeure urbaine des Fabricii, et même peut-être celle du consul Fabricius qui s’illustra lors de la guerre contre Pyrrhus (cf Gh. Stouder, « Le rôle de Fabricius dans les négociations avec Pyrrhus ou l’émergence de la figure de l’ambassadeur à Rome », Pallas, 79. Sicile antique. Pyrrhus en Occident, 2009, p. 185-201), que d’autres noms de maisons ont été formés sur une de ses particularités propres ou sur une particularité de son environnement topographique proche, comme la domus pulverata qui est mentionnée sur un collier d’esclave (Corpus Inscriptionum Latinarum, XV, 7179) (fig. 2) et dont le nom a été formé sur le terme latin de « poussière ».

fig. 2 Collier d’esclave mentionnant la domus pulverata
(© Epigraphic Database Roma 2020)

Il a enfin mis en évidence que les demeures qui ont gardé leur nom sur une très longue durée, malgré les changements de propriétaires, semblent être celles qui ont été intégrées au domaine impérial. C’est le cas notamment des grands jardins qui ceinturaient l’antique ville de Rome et qui continuèrent à porter le nom de la famille à qui ils appartenaient avant d’être intégrés dans les propriétés impériales.

Dans la cinquième communication intitulée « Des mots aux vestiges archéologiques : difficultés d’interprétation du vocabulaire. L’exemple des résidences aristocratiques du Comtat Venaissin aux XIVème – XVème siècles », l’historienne Coline Polo (docteur de l’Université d’Avignon, CIHAM, UMR 548, membre du Labo Junior (Co)Habiter) s’est intéressée aux termes utilisés à l’époque médiévale pour désigner les habitats fortifiés, les tours résidentielles et les tours de défenses et qui ont été considérés par certains historiens comme interchangeables. Elle a montré à travers l’exemple du Comtat Venaissin qu’elle a étudié dans le cadre de sa thèse, les difficultés que posaient en réalité l’interprétation de ce vocabulaire. Elle s’est attachée à montrer comment, malgré l’ambiguïté des sources textuelles, il était parfois possible d’affiner la définition des termes de château, de forteresse, de tour, de bastide, de maison-tour et de maison mais aussi de castrum, de castellum, d’oppidum et de munitio, en croisant les données archéologiques et les sources textuelles disponibles sur ces édifices. Elle s’est enfin interrogée sur la possibilité de voir dans les changements du vocabulaire utilisé au cours du temps pour désigner un même édifice la traduction de modifications architecturales opérées sur ses bâtiments ou des fonctions qui lui étaient dévolues.

Dans la sixième communication intitulée « Nommer l’habitat collectif dans les villes d’Europe centrale et orientale : Enjeux et perspectives de recherche », les géographes Lydia Coudroy de Lille (Université Lumière Lyon 2, EVS, UMR 5600) et Guenola Inizan (doctorante à l’Université Lumière Lyon 2, EVS, UMR 5600 et membre du Labo Junior (Co)Habiter) ont interrogé les différentes manières dont les grands ensembles, les immeubles, les barres et les tours ont été nommés dans les pays d’Europe centrale et orientale pendant l’ère communiste, qui vit la construction d’un grand nombre d’habitats collectifs dans le cadre de grands programmes publics, et après la période communiste, une période pendant laquelle des habitats collectifs ont continué et continuent à être construits dans le cadre de projet immobilier privé. Elles se sont pour cela intéressées aux termes qui ont été créés pendant la période communiste pour désigner ce type nouveau d’habitat par ceux qui les ont conçus et par ceux qui les ont habités et à la manière dont ces termes issus de la terminologie savante et de la langue vernaculaire ont été déclinés dans les différentes langues de l’ancien bloc de l’Est. Elle se sont également interrogées sur ce que les mots créés par les habitants pour désigner ces nouveaux espaces où ils habitaient nous apprenaient de leur perception de ces ensembles. Elles ont ensuite questionné la manière dont l’habitat collectif construit après l’ère soviétique a pu chercher à se distinguer de l’habitat collectif hérité de la période communiste, à la fois dans ses formes architecturales mais aussi à travers les mots qui ont alors été utilisé. Elles ont ainsi démontré que l’étude du vocabulaire disponible pour un même type d’objet d’étude, ici les habitats collectifs d’Europe centrale et orientale, pouvait dévoiler la géographie sociale et politique d’une aire géographique.

Cette journée a ainsi mis en évidence l’importance de continuer à étudier le lexique lié à l’habitat, à interroger l’usage qui en est fait car le choix des termes employés n’est pas neutre et a des implications quant à la lecture des données liées aux habitats anciens ou modernes et à la géographie sociale et politique des sociétés étudiées.

Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

More Posts


Emmanuelle Dumas

Doctorante en archéologie des Mondes Anciens à Lyon 2- IRAA -USR 3155 / Responsable de recherches archéologiques à l'Inrap

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search