VEILLE (CO)HABITER #6 – Juin 2021

Du bâti au chez-soi : la relation architecte-habitant dans l’appropriation et la transformation de l’habitat. 

Cette journée doctorale se déroulera le vendredi 3 décembre 2021 à Rennes (présentiel à confirmer). Elle a pour objectif de rassembler des jeunes chercheurs, venus d’horizons multiples, autour de la question de l’appropriation et de la transformation d’un habitat qui soit issu d’une démarche architecturale. Cet évènement est soutenu par le laboratoire GRIEF et deux Ecoles Doctorales de l’Ouest : l’ ED ALL et l’ED STT.
L’appel à communication, particulièrement destiné aux doctorants et jeunes chercheurs, est ouvert jusqu’au 30 juillet.
Pour plus d’information:  journeedoctorale@rennes.archi.fr 

7e journée d’actualité du réseau “Recherches sur les terres cuites architecturales antiques, médiévales et modernes” (TCA)

Site archéologique de Cassinomagus/Chassenon (Charente)
Les chercheurs travaillant sur les terres cuites architecturales de toutes périodes auront l’occasion de présenter leurs travaux récents, qu’ils concernent le Centre-Ouest de la France ou d’autres régions.
Propositions de communication à adresser à Arnaud Coutelas (coutelas@gmail.com) avant le 27 août 2021.
Pour en savoir plus : https://reseautca.hypotheses.org/

XXIIIèmes Rencontres Dîwân, Aix-en-Provence, 1-3 juillet 2021

Lieu des sessions : Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence

Jeudi 1er juillet
9h20 : Accueil
9h50 : Présentation de l’association et des journées de Dīwān
Session 1 : Études sur les manuscrits
Session 2 : Histoire de l’orientalisme
Session 3 : Pensée musulmane
Session 4 :Construction et manipulation des représentations

Vendredi 2 juillet
9h10 : Accueil
9h40 : Session 5 : Confrontations, emprunts et échanges d’idées aux premiers siècles de l’Islam
11h20 : Session 6 : L’étude des bâtiments entre urbanisme, histoire de l’art et architecture
Francisco MAMANI-FUENTES : Les études sur l’art mudéjar en France.
Fernando DAZA-PASTRANA : Les espaces domestiques et l’urbanisme de la Séville andalusi et mudéjare d’après les récents acquis de la recherche archéologique (XIe–XVe siècle).
Nadia MAKHOUKH : La représentation de Constantinople (Istanbul) dans les peintures murales du palais Ahmed Bey de Constantine.
Nacer Eddine LICER : Les structures du pont d’El Kantara à l’époque des beyliks de Constantine

Session 7 : La construction du territoire dans le Maghreb médiéval
Session 8 : Conserver et comprendre le patrimoine
17h00 : Assemblée générale

Samedi 3 juillet
9h30 : accueil et petit déjeuner
10h10 : Session 9 : Archéologie des productions et des circulations
Session 10 : Histoire politique et sociale des Mamelouks

Rémi Habouzit, « Placement, déplacement, re-placement: propriétaires et locataires dans une opération de rénovation urbaine à Clichy-sous-Bois et Montfermeil », Territoire en mouvement, Revue de géographie et aménagement [Online], URL : http://journals.openedition.org/tem/7525

À partir des résultats d’une enquête réalisée sur le programme de rénovation urbaine de Clichy-sous-Bois/ Montfermeil, cet article interroge les effets des relogements induits par cette politique publique sur le rapport au logement et les manières d’habiter des habitants d’un quartier populaire. En se basant sur l’étude des situations résidentielles initiales de ces habitants (placement), l’objectif est d’analyser à quels types de logements et de places résidentielles ils ont accès (déplacement), et quelles sont les modalités d’appropriation de ces nouveaux logements et ces nouvelles places résidentielles (replacement). Pour ce faire, l’analyse s’appuie sur l’étude d’un échantillon d’habitants (anciens propriétaires et locataires) d’une copropriété privée dégradée, relogés sur la même commune, mais dans les immeubles du parc social neuf. Cet article souligne d’abord les différences internes à ces habitants en matière de positions sociales, résidentielles et migratoires. Puis, cet article montre comment, avant et après relogement, le rapport que ces habitants entretiennent à leur logement et leurs manières d’habiter les résidences se présente autant comme un moyen de placement dans un espace physique et intime, comme le reflet de la façon dont ils se situent, et sont situés, socialement, que comme des éléments révélateurs de la manière dont ils reçoivent cette politique publique.

Sandro CAROCCI « Portici, palazzi, torri e fortezze. Edilizia e famiglie aristocratiche a Roma (XII-XIV s.). », Studia historica, Historia medieval, 39 (1), 2021, pp. 7-44.

Sur la base de l’étude des sources écrites, du recensement et de l’analyse archéologique et architecturale de l’ensemble des bâtiments civils médiévaux, l’article illustre le patrimoine immobilier et les formes de résidence aussi bien des hauts dignitaires de l’aristocratie romaine, les barons, que du reste de la noblesse de la ville. L’histoire des porches, des domus magne, des palatia, des tours et des forteresses montre comment, à partir du XIe et surtout du XIIe siècle, un lien structurel entre la richesse et l’investissement dans des bâtiments durables s’est établi avec une force inconnue jusqu’alors. La pierre, la brique et le mortier sont devenus un moyen fondamental d’afficher l’identité aristocratique et d’exprimer le pouvoir individuel et familial.



Citer ce billet
colinepolo (2021, 28 juin). VEILLE (CO)HABITER #6 – Juin 2021. (Co)Habiter. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n016

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search