4 juin 2021, 9h30 (Visio) : Journée d’études “Les mots de l’habitat et de l’habiter”

Les mots de l’habitat et de l’habiter :

Réflexions terminologiques autour de l’espace domestique

 

Journée d’études du Labo Junior (Co)Habiter de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée

4 juin 2021, 9h30-17h15, Université Lumière Lyon 2, format hybride, pour recevoir le lien : https://framaforms.org/journee-detudes-les-mots-de-lhabitat-et-de-lhabiter-labo-cohabiter-1621944475

 

Programme de la journée

Introduction de la journée : 9h30-9h45

9h45-10h15 : « Habiter à Ur au tournant du IIIème et du IIème millénaires av. n.è. : des questions de vocabulaire aux problèmes d’historiographie »

Laura BATTINI (Collège de France, UMR 7192, PROCLAC)

10h30-11h00 : « Kata tas kalybas malista tas en tois oresin : la cité et l’imaginaire de l’habitat »

Richard BOUCHON (Université Lumière Lyon 2, UMR 5189, HiSoMA)

11h15-11h45 : « Nommer et analyser les réalités antiques de l’habitat, entre lexique gréco-latin et nomenclature moderne »

Hélène WURMSER (Lyon 2, USR 3155, IRAA)

12h-14h : Pause déjeuner

14h00-14h30 : « Quand la domus a-t-elle un nom propre ? Questions de domonymie dans la ville de Rome (de la République à l’Antiquité tardive) »

Jean-Pierre GUILHEMBET (Université de Paris, UMR 8210, ANHIMA)

14h45-15h15 : « Des mots aux vestiges archéologiques : difficultés d’interprétation du vocabulaire. L’exemple des résidences aristocratiques du Comtat Venaissin aux XIVème – XVème siècles »

Coline POLO (Université d’Avignon, UMR 5648, CIHAM, Labo Junior (Co)Habiter)

15h45-16h15 : « Nommer l’habitat collectif dans les villes d’Europe centrale et orientale :  Enjeux et perspectives de recherche »

12h-14h : Pause café

Lydia COUDROY DE LILLE (Université Lumière Lyon 2, UMR 5600, EVS) et Guénola INIZAN (Université Lumière Lyon 2, UMR 5600, EVS, Labo Junior (Co)Habiter)

Temps d’échanges : 16h15-17h00

Clôture de la journée : 17h00-17h15

 

Résumés des communications

 

« Habiter à Ur au tournant du IIIème et du IIème millénaires av. n.è. : des questions de vocabulaire aux problèmes d’historiographie » 

Laura BATTINI (Archéologue, Collège de France, CNRS, UMR 7192, PROCLAC)

Le site AH d’Ur est le quartier domestique le plus étendu jamais fouillé en Mésopotamie. Et pourtant quand on cite la maison « typique » d’Ur, on en montre une d’un autre quartier d’Ur, qui ne reflète pas la diversité du quartier AH. En partant de ce problème historiographique (quelle est la ‘maison typique’ d’Ur), cette communication se propose d’analyser les termes paléo-babyloniens (début IIème mill. av. n.è.) de l’habiter, leur traduction et leurs interprétations. Le but est double : d’un côté cela permet de mieux comprendre les maisons paléo-babyloniennes d’Ur et leur fonctionnement, et de l’autre de montrer les problèmes historiographiques que les différentes interprétations ont générés (famille nucléaire/famille élargie ; question de l’étage, de la cour ; uni-fonctionnalité/ multifonctionnalité des pièces, etc.)

 

« Kata tas kalybas malista tas en tois oresin : la cité et l’imaginaire de l’habitat »

Richard BOUCHON (Historien, MCF Université Lumière Lyon 2, UMR 5189, HiSoMA)

On partira d’un texte bien connu de Pausanias décrivant la communauté de Panopeus en Phocide, qu’il hésite à qualifier de cité (polis), en raison de l’absence d’infrastructures collectives (agora, gymnase, théâtre, fontaines publiques, etc.), mais aussi en raison de ses habitations à la construction médiocre qui les fait ressembler à des cabanes de montagne, on réfléchira à la part dévolue à l’habitat dans la définition de l’état de développement d’une communauté politique : on explorera ainsi et on questionnera le caractère plus ou moins rudimentaire que recouvrent dans la langue grecque les termes de l’habitat formés sur les fonctions essentielles attendues d’un logement : cacher (kalyba), couvrir (stégè), (peut-être) faire de l’ombre (skènè), permettre le repos (klisia).

 

« Nommer et analyser les réalités antiques de l’habitat, entre lexique gréco-latin et nomenclature moderne »

Hélène WURMSER (Archéologue, MCF Université Lumière-Lyon 2, USR 3155, IRAA)

La tension linguistique qui existe naturellement entre le lexique utilisé par les Anciens et la nomenclature archéologique moderne est particulièrement sensible dans l’analyse de l’habitat antique. L’inflation des termes, surtout latins, utilisés pour désigner des réalités relevant du logement, ainsi que l’absence récurrente de définition et la disparition de plus en plus fréquente des références aux textes, montrent que la question doit être reprise et méthodologiquement refondée. Elle est d’autant plus importante qu’elle met en évidence la tendance actuelle de certaines études à remplacer la démonstration par l’utilisation de mots grecs ou latins dont l’apparente technicité semble fonder à elle seule la scientificité de l’analyse. À travers l’étude d’exemples, il s’agira de montrer en quoi la nomenclature doit être assainie et d’en proposer une utilisation rationnelle.

 

« Quand la domus romaine a-t-elle un nom propre ? Questions de domonymie dans la ville de Rome (de la République à l’Antiquité tardive) »

Jean-Pierre GUILHEMBET (Historien, PR, Université de Paris, UMR 8210, ANHIMA)

La question de la domonymie, qui croise la nomination des formes d’habitat et la toponymie urbaine (dont elle est, par tradition, exclue), reste finalement peu étudiée pour la Rome antique, à la différence des recherches menées sur les résidences médiévales ou modernes des villes européennes, où un tel mode de désignation pouvait même, dans certains cas, être obligatoire. Or le nom attribué à un hôtel urbain sert parfois à le désigner, au-delà de l’usage quotidien, sur une longue durée et de manière officielle. Sans proposer des études monographiques et exhaustives des domonymes attestés, il s’agira d’en esquisser une typologie, de s’interroger sur leur étiologie, leur durée et leur signification, sans négliger leur contexte d’emploi.

 

« Des mots aux vestiges archéologiques : difficultés d’interprétation du vocabulaire. L’exemple des résidences aristocratiques du Comtat Venaissin aux XIVème – XVème siècles »

Coline POLO (Historienne, Docteure en histoire médiévale, Université d’Avignon, UMR 5648, CIHAM, membre du Labo Junior « (Co)Habiter »)

Cette communication s’intéressera aux expressions désignant les fortifications dans les sources médiévales et à leurs interprétations par les historiens. Certains ont avancé l’hypothèse que chez les principaux auteurs médiévaux, castrum, castellum, oppidum et munitio étaient interchangeables, et qu’il n’y avait donc pas de vocabulaire spécifique au Moyen Âge pour désigner les forteresses. Des chercheurs italiens ont dressé un constat semblable pour le vocabulaire qui désigne les tours : tours résidentielles et tours de défense isolées sont nommées de façon semblable dans les sources. Comment, malgré ces ambiguïtés, apporter plus de nuances dans la définition d’un château, une forteresse, une tour, une bastide, une maison-tour et une maison ? Peut-on voir dans certains glissements terminologiques la transcription d’une transformation architecturale et le résultat d’un changement de fonction ?

 

« Nommer l’habitat collectif dans les villes d’Europe centrale et orientale :  Enjeux et perspectives de recherche »

Lydia COUDROY DE LILLE (Géographe, PR Université Lumière-Lyon 2, UMR 5600, EVS)

Guénola INIZAN (Doctorante en géographie, Université Lumière-Lyon 2, UMR 5600, EVS, membre du Labo Junior « (Co)Habiter »)

Cette communication interroge les différentes manières de nommer l’habitat collectif (grands ensembles, immeubles, barres et tours) dans les pays d’Europe centrale et orientale, pendant le communisme et après. On s’intéressera tout d’abord à la période du communisme pendant laquelle ces appellations sont structurées par des référentiels partagés (idéologiques, historiques, architecturaux…) et par conséquent produisent une terminologie savante traduisant ces passerelles. Celle-ci est pourtant déclinée diversement dans les langues de l’ancien bloc de l’Est. La langue vernaculaire a ajouté une galaxie de termes naturellement plus hétérogène, témoignant de la connotation portée sur cet habitat. Dans une deuxième partie, on questionnera comment l’habitat collectif contemporain cherche à se distinguer par ses formes mais aussi par ses mots et on se demandera si de nouveaux mots sont apparus pour désigner l’habitat collectif hérité du communisme.

Blandine Besnard

Doctorante (Archéorient, UMR 5133) en archéologie du Proche-Orient ancien.

More Posts


Blandine Besnard

Doctorante (Archéorient, UMR 5133) en archéologie du Proche-Orient ancien.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search