Les anciens Égyptiens et leur habitat de l’époque saïto-perse (VIIe s. av. J.-C.) jusqu’à la conquête romaine (IIIe s. apr. J.-C.)

Jusqu’à une époque récente, nos connaissances sur l’habitat égyptien, et les personnes qui l’occupaient, restaient limitées. Les fouilles archéologiques, les travaux de terrain et leurs publications ne livraient guère d’informations sur l’univers domestique, sauf pour quelques sites exceptionnels , comme notamment Karanis et Soknopaiou Nesos dans le Fayoum entre autres pour l’époque gréco-romaine[1]. En effet l’égyptologie se penchait principalement sur les deux grandes thématiques de la religion et du « monde des morts » (nécropoles), ce qui explique les grandes avancées faites sur la langue égyptienne et ses évolutions, le panthéon égyptien, et l’architecture monumentale. À partir des années 1980, les chercheurs se sont efforcés de combler ce vide et ont multiplié les études sur l’habitat, sur les liens entre les maisons et les sociétés dans le cadre d’enquêtes plus vastes englobant l’ensemble du monde méditerranéen. 


Image 1: Carte des nômes de l’Égypte à l’époque ptolemaïque (Quid 2003)

[1] Voir l’étude classique de P. Davoli, L’Archeologia urbana nel Fayyum di età ellenistica e romana (1998) qui reste jusqu’aujourd’hui une étude incontournable pour cette oasis fortement développée à l’époque gréco-romaine.

Image 2 : Plan du Fayoum (Quid 2001)
Image 3. Modèle en terre cuite d’une maison égyptienne des époques pharaoniques (British Museum)

Les sources écrites

Pour étudier l’habitat des anciens Égyptiens, on dispose de sources diverses qui évoquent aussi bien

1)    les différents types d’habitat qui existaient (immeuble – synoikia (habitat collectif et locatif)– ou maisons individuelles) ;

2)    leur taux d’occupation[1] ;

3)     ou encore leur division entre plusieurs propriétaires[2].

4)    leur économie (contrats de vente, coûts des constructions ou réparations, activités domestiques[3])  ;

5)    mais aussi sur leur plan, leur superficie[4] ;

6)    leur organisation et structure (caves, étages, terrasse, rôle de la cour, dépendances, etc.) ;

7)     leurs aménagements (fenêtres en bois de Tebtynis, murs en briques crues partout, bains pour certains) ;

8)    leur mobilier (du balai aux paniers et ustensiles de cuisine ou outils agricoles à Karanis ou Tebtynis notamment) ;

9)     leurs décorations, parfois très soignées pour les élites (mosaïques d’époque hellénistique et romaine, une technique importée[5]),  

10)  leur diversité selon les régions et les classes sociales (les villas de Diotimos et autres notables grecs au IIIe s. av. J.-C. n’ont rien à voir avec les masures de paysans égyptiens[6]).

[1] CLARYSSE, THOMPSON 2006

[2] GAZDA 2004; P. Mich. Inv. 2977 de 189 apr. J.-C.

[3] THOMPSON 2001

[4] DAVOLI 2015

[5] GUIMIER SORBETS 2019

[6] VANDERBORGHT 1942; ORRIEUX 1983

Les textes et l’iconographie funéraire pour les périodes dites « pharaoniques » (jusqu’au Nouvel Empire, donc jusqu’à la fin du IIe millénaire av. J.-C.) permettent de suivre le quotidien des différentes classes sociales et des différents métiers qui ont existé[1]. Ce sont des thématiques qui sont connues et étudiées.

Les parois des tombes présentent parfois un aperçu détaillé des différentes journées de l’année et l’intérieur des maisons[2]. Cela est surtout connu grâce aux tombes de nobles, de grands dignitaires ou les tombes royales où la superficie de la tombe permettait à l’artiste de peindre la vie du défunt dans l’Au-delà qui ressemblait à sa vie « terrestre ».

Les papyri sont une source essentielle pour les questions juridiques ou économiques : ils consignent notamment des actes de ventes, des testaments, et permettent de connaître l’identité des propriétaires dont certains étaient des femmes[3], et pour les rapports entre maison et maisonnée[4].

On retiendra que les termes qui désignent la maison et ses différents éléments ont été réunis par G. Husson dans sa thèse dédiée au vocabulaire de la maison égyptienne selon les papyri grecs soutenue en 1978[5].

[1] LICHTHEIM 2006, p. 184-192

[2] GRÄZER 2009, p. 34. Les fouilles archéologiques sur les premières dynasties et l’Ancien Empire ont révélé une documentation exclusivement funéraire où les objets du quotidien sont aussi utilisés dans la vie d’outre-tombe. Mais cela concerne spécifiquement les hauts dignitaires et la famille royale.

[3] LEGRAS 2007

[4] HUEBNER 2016

[5] Publiée en 1983

Image 4 : Modèle en terre cuite d’une maison-tour des époques tardives (British Museum)

Les missions de terrain et l’archéologie

Parmi les missions archéologiques qui ont marqué les recherches sur l’habitat, citons pour le Moyen Empire (-2065 – -1735) la mission de Tell el Daba’a ; pour le Nouvel Empire (-1580 – -1077) celles qui travaillent sur le site d’Amarna ; pour la Basse Époque (-750 – -332), celle de Tell el-Herr. Pour la période gréco-romaine(-332 – -30), le Fayoum, autrefois exploré avant tout pour ses papyri, a livré les vestiges d’une série de villages dont l’exploration se poursuit activement (Backhias, Soknopaiou Nesos, Tebtynis) sous un angle plus urbanistique[1]. Certains ne sont plus que des souvenirs[2], mais d’autres comme Tebtynis conservent en grande partie l’architecture et l’urbanisme d’un village sur la longue durée : une exposition récente[3] (Musée du Caire) montre notamment la richesse du mobilier découverts dans ces maisons.

En Basse Égypte, outre les sites du delta comme Bouto[4], et les vestiges dans la capitale – Alexandrie – fouillés par la mission polonaise et le Centre d’études alexandrines, je citerais les recherches menées dans la chôra alexandrine : en Maréotide les fouilles ont révélé à Plinthine un habitat d’époque saïto-perse[5]antérieur à la ville hellénistique, ainsi qu’à Bahig[6] ; un quartier de la basse époque hellénistique à Taposiris[7] a été mis au jour ; à Maréa, des maisons tours hellénistiques[8] qui étaient connus au travers des sources iconographiques comme la mosaïque de Palestrina par exemple, donnaient l’image de l’habitat égyptien[9]. Pour ce qui est de l’habitat d’époque romaine et byzantine (395-645), certaines maisons sont en cours d’exploration à Taposiris[10] et à Maréa.

[1] MAROUARD 2008, 2011 ; ROSSETTI 2017

[2] MAROUARD 2017

[3] GALLAZZI, HADJI-MINAGLOU 2019

[4] Dernier rapport de la mission en 2019 (https://journals.openedition.org/baefe/959#tocto3n1); MAROUARD 2014

[5] PESENTI, SALEH 2018

[6] Dernier rapport de la mission en 2019 (https://journals.openedition.org/baefe/1094?lang=en#tocto2n3)

[7] BRECCIA 1914 ; Villa retrouvée et prospectée par la mission française de Taposiris Magna-Plinthine

[8] PICHOT 2010,2011,2014

[9] MARCHI 2014

[10] Mission Française de Taposiris Magna-Plinthine, fouille en cours.

Image 5 : Plan de maisons de Bouto de l’époque Perse (VII-Ve s. av. J.-C.)  (Marouard 2014)
Image 6 : Photos et restitution d’un modèle de maison gréco-romaine en terre cuite de Xoïs (Marouard 2014)
Image 6 : Photos et restitution d’un modèle de maison gréco-romaine en terre cuite de Xoïs (Marouard 2014)

Quant à la Haute Égypte, région certes « moins touchée » par l’hellénisation et la romanisation, des vestiges de maisons ont été découverts dans les fouilles de Karnak par H. Chevrier[1] ou encore à Médinet Habou[2], Syène et Eléphantine[3], pour ne citer que les sites les plus étudiés. L’impressionant état de conservation des maisons à Élephantine, et la collaboration avec les habitants locaux dans l’ancienne Syène[4] permettent des découvertes exceptionnelles pour des régions moins touchées par le développement urbain[5]. (Certaines missions rencontrent des problèmes avec les habitants aux alentours des sites : par exemple des constructions illégales sur le terrain archéologique)

L’archéologie souligne à quel point l’habitat est révélateur de la classe sociale de ses habitants. Ainsi, les grandes maisons et les palais construits en pierres étaient réservés à l’élite et à la famille royale, comme le montre par exemple le cas des maisons/villas à Alexandrie et ses alentours[6]. Ces derniers étaient bien mieux conservés que les maisons de la population ordinaire, principalement construites en briques crues. Ce matériau, , est facile à façonner et compatible avec le climat sec du pays – ce qui explique notamment qu’il ait été adopté par les immigrants grecs. Ainsi dans les habitats à Plinthine de la Basse époque et début de l’époque hellénistique,seuls les seuils et les soubassements sont en pierre[7].

Au cours de ces derniers siècles, les paysans recherchaient ces anciennes briques parce qu’elles constituaient du sebakh utilisé comme fertilisant moderne, ce qui a contribué à la destruction d’une grande partie des habitations modestes.  

Evolutions et continuités

Parmi les meilleurs exemples d’habitations conservées du IIe millénaire, on compte la ville d’Amarna[8], première ville commanditée par un pharaon et construite selon un plan d’intégration des différentes classes qui l’habitaient. Maisons de « pauvre » et de grand fonctionnaire présentent des caractéristiques similaires, et indiquent une première approche de démocratisation du confort. Toutes les maisons ont une ou plusieurs salles de réception, une ou plusieurs espaces de vie multifonctionnel(s), une cour, des espaces de stockage (celliers) et une salle d’eau. Ce confort se voit dans la présence de cette salle d’eau où une plaque de douche est inscrite dans le sol et une latrine[9].

De ces périodes, aucune maison à étage n’est conservée, mais selon l’iconographie, il est clair que des maisons à un ou plusieurs étages existaient déjà depuis l’Ancien Empire.

Avec l’installation de populations étrangères dès le VIIe s. av. J.-C., peu de choses à l’intérieur de la maison semble changer au premier abord. Avec l’installation des Grecs à partir de la fin du IVe s. av. J.-C., on observe l’apparition de grandes villas dans l’actuelle Alexandrie et dans ses alentours[10]. Elles sont parfois équipées d’un bain domestique à la grecque[11] et comprennent dans leurs dépendances des pressoirs à vin dont les archéologues ont retrouvé de nombreux exemples au sud du lac Maréotis à l’époque romaine et romaine tardive.

D’autre part, on remarque la multiplication des pyrgoi (maisons-tours) dans les villes (Bouto, Alexandrie, Fayoum) dès le IIIe/IIe s. av. J.-C.[12]. Afin de répondre à l’afflux de population dans la capitale, les architectes copient les immeubles grecs (synoikiai) : d’abord à Bouto (qui se trouve à proximité de la capitale saïte Saïs), et ensuite à Alexandrie.

Ces interactions culturelles se manifestent principalement dans la Basse Égypte ou le delta. La Haute Égypte, dès la Basse Époque, garde une identité et des traditions plus proches des périodes précédentes. Vue l’installation des souverains lagides à Alexandrie, le delta reste la partie la plus proche géographiquement de la capitale, et ainsi les villes/villages copient la capitale à différentes échelles.  Durant la longue histoire de l’Égypte ancienne, l’emplacement de la capitale (Thèbes au sud ou Memphis au nord) avait peu d’influence sur les habitants et leurs habitudes jusqu’à l’arrivée de souverains étrangers. Les premiers souverains à imposer un changement aux Égyptiens fûrent les Perses avec l’introduction de la monnaie, mais ce sont les Grecs dès le VIIe s. av. J.-C. qui ramènent avec eux leur culture). Au début, ces nouveautés sont restreintes à Naukratis, ensuite à Alexandrie et enfin à toute la Basse Égypte. La concentration de population hellénisée reste plus importante au nord du pays, et par conséquent, la Haute Égypte garde une identité propre et plus « égyptienne ». Les forts et fortins[13] dans les déserts égyptiens sont en effet les seuls sites de Haute Égypte à avoir livré des éléments non-égyptiens : cette exception s’explique par le fait qu’ils étaient occupés par des soldats étrangers.

L’ethno-anthropologie et l’habitat égyptien

            Au-delà de l’aspect architectural et matériel de l’habitat, l’approche anthropologique a été étudié dès les années 1950 par des archéologues qui ont remarqué la disparition rapide de l’habitat égyptien traditionnel hérité depuis des millénaires. Ils ont pu établir un nombre important de point en commun entre les habitations anciennes et les maisons encore habitées jusqu’à la deuxième moitié du XXe s. Les villages étaient centrés sur un point d’eau à proximité du Nil : les maisons sont construites sur un point haut par rapport au niveau du Nil pour éviter la crue, parfois sur un terrain qui a connu des maisons d’époque pharaonique.

L’exemple le plus connu et qui a soulevé des problèmes archéologiques et politiques, est le village d’Old Gourna. Ce village construit à proximité des tombes royales du Moyen et Nouvel Empire, voire sur des tombes de nobles d’époques anciennes a permis aux locaux de fouiller sous leurs maisons de manière illégale et de vendre des antiquités. On ne sait pas de quand date ce village mais la connaissance de ses habitants indique un savoir transmis de génération en génération de l’importance de la rive occidentale de Louqsor. Certains anthropologues pensent même que ceux sont les descendants des ouvriers de Deir el Médineh, et donc qu’ayant travaillés dans les tombes des rois, ils ont transmis à leurs enfants comment les dépouiller. Cette théorie a certains défauts puisque de nombreuses tombes très importantes sont restées intactes jusqu’à leurs découvertes récentes.

Dès le début des années 2000, le gouvernement égyptien a délocalisé les habitants de ce village afin d’arrêter une partie du marché des antiquités et aussi leur permettant une vie plus décente. Ce qui a permis l’étude de ces maisons égyptiennes traditionnelles pour la première fois. Une grande cour se trouvait devant la maison où un ou plusieurs grands fours en terre crue étaient construits. C’est dans ce lieu que les femmes se rejoignaient pour faire la cuisine. Une grande estrade avait la vue sur la cour permettant de voir les personnes de passage devant la maison.

Durant la journée, les animaux passent leur temps dehors pour manger et aider leurs maîtres, mais durant la nuit ils dorment souvent dans une pièce accolant à celle de leurs maîtres ou dans la même pièce que les plus jeunes personnes.

La notion de vie privée que nous connaissons actuellement était étrangère jusqu’à une période récente : la communauté prévalait sur l’individu, ce qui veut dire que chacun avait un rôle précis à jouer qui était souvent déterminant pour la survie de la famille.

L’architecte égyptien Hassan Fathy s’est inspiré de ces maisons et de l’habitat antique afin de recréer des maisons confortables et respectueuses de l’environnement. Sa théorie a pu être appliqué à multiples localisations en Égypte[14], Irak et le Pakistan afin de faciliter l’accès à une maison qui coûte peu chère, et que les individus puissent construire sans recours à des spécialistes.

[1] Étudiées voire mentionnées brièvement par le chercheur pendant ces travaux avant la deuxième guerre mondiale

[2] HÖLSCHER 1954

[3] Projet entre 2011-2015 porté par S. LADSTÄTTER et B. PALME (Austrian Academy of Sciences) pour étudier les maisons antiques de Syène et d’Élephantine

[4] La mission Suisse à Syène/antique Assouan (dir. C. Von Pilgrim) mène ses travaux depuis le début des années 2000 et a déjà découvert un nombre de maisons de différentes périodes entre les différentes maisons modernes.

[5] Une des raisons principales pour la disparition de vestiges de Memphis, Héliopolis et depuis longtemps les vestiges d’Alexandrie sous les villes modernes.

[6] BRECCIA 1926

[7] BOUSSAC 2009

[8] Ville unique et exemple à part malgré tout

[9] GRÄZER 2009 : elle étudie principalement le site d’Amarna où elle explique que dans certaines maisons la cuvette de latrine a été récupéré, et la présence matérielle de latrine parmi les dépôts funéraires de hauts dignitaires.

[10] Mission française de Plinthine-Taposiris Magna autour du lac Mariout (dir. B. Redon)

[11] GALLO 2009

[12] G. MAROUARD, Archéologie, architecture et images de la maison urbain d’époque hellénistique et romaine dans la chôra égyptienne, 2010 (thèse non publiée)

[13] CUVIGNY 2003

[14] FATHY 1969

Image 7 : Mosquée du village New Gourna selon la méthode et les dessins de H. Fathy à Louqsor (B. O’Kane, Alamy Banque d’images)

Réfèrences

M.-Fr. BOUSSAC, « Taposiris Magna: la création du port fermé», dans Fr. DUMASY, Fr. QUEYREL (éd.), Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, 2009

E. BRECCIA, Monuments de l’Égypte gréco-romaine, Société archéologique d’Alexandrie, 1926

W. CLARYSSE, D.J. THOMPSON, Counting the people in Hellenistic Egypt, (vol. 1 & 2), Cambridge, 2006

H. CUVIGNY, La route de Myos Hormos : l’armée romaine dans le désert oriental d’Egypte. Praesidia du désert de BéreniceI, Le Caire, IFAO,2003

C. GALLAZZI, G. HADJI-MINAGLOU, Trésors inattendus, 2019

A.-M. GUIMIER-SORBETS, “La peinture sur les sols de mortier et les mosaïques d’époque hellénistique : modes d’emploi d’une polychormie architecturale largement méconnue », Technè 48, 2019

P. DAVOLI, “Classical influences on the domestic architecture of the Graeco-Roman Fayyum sites”, dans A.A. Di CASTRO, C.A. HOPE, B.E. PARR (éd), Housing and Habitat in the Ancient Mediterranean. Cultural and Environmental Responses, Babesch Suppl. 26, 2015

H. FATHY, Gourna, a tale of two cities, Ministry of Culture, Cairo,1969

P. GALLO, « Un bain à la grecque dans l’île Nelson », in M.-F. BOUSSAC, Th. FOURNET , B. REDON (éd), Le bain collectif en Égypte, IFAO, Le Caire, 2009

E.K. GAZDA, Karanis, an Egyptian town in Roman times, Kelsey Museum of Archaeology, 2004

A. GRÄZER, “Hygiène et sécurité dans l’habitat égyptien d’époque pharaonique », dans M.-F. BOUSSAC, T. FOURNET, B. REDON (éd), Le bain collectif en Égypte, Études Urbaines 7, IFAO, Le Caire, 2009

U. HÖLSCHER, The excavation of Medinet Habu V: Post-Ramesside Remains, The University of Chicago Press, 1954

S. HUEBNER, « Egypt as Part of the Mediterranean? Domestic Space and Household Structures in Roman Egypt », dans S. R. HUEBNER, G. NATHAN (eds.), Mediterranean Families in Antiquity: Households, Extended Families, and Domestic Space, 2016

B. LEGRAS, “Les testaments grecs dans le droit hellénistique : la question des héritières et des testatrices », dans E. CANTARELLA et all (éd), Symposion 2005. Vorträge zur griechischen und hellenistischen Rechtsgeschichte (Salerno, 14-18. September 2005), OAW, Vienne, 2007

M. LICHTHEIM, Ancient Egyptian Literature: Late period (vol. 3), University of California Press, 2006

G. MAROUARD, « rues et habitats dans les villages de la chora égyptienne à la période gréco-romaine (IIIe s. av.-IVe s. apr. J.-C.) : quelques exemples du Fayoum (nome arsinoïte)», dans P. Ballet et al., La rue dans l’antiquité, 2008

G. MAROUARD, « les données archéologiques et architecturales des quartiers domestiques et des habitats dans les fondations et les refondations lagides de la chôra égyptienne. Une révision archéologique », dans P. Ballet, Grecs et Romains en Égypte, 2011 

 G. MAROUARD, « “Completamente distrutte” Réévaluation archéologique de Philadelphie du Fayoum », Égypte, SAOC 70, 2017

C. ORRIEUX, Les papyrus de Zénon, l’horizon d’un Grec en Égypte au IIIesiècle avant J.‑C., Paris, Macula, 1983

I. ROSSETTI, « Reshaping the Urban Space: Bakhias in Ptolemaic and Roman times », Archeologia e calcolatori, 28.2, 2017

M. NOWICKA, La maison privée dans l’Égypte ptolémaïque, Académie Polonaise des Sciences, Bibliotheca Antiqua IX, Varsovie, 1969.

V. PICHOT, « La Maréotide : histoires en eaux troubles », dans I. Hairy (dir.), Du Nil à Alexandrie, Histoires d’eaux, Catalogue d’Exposition, 2011, p. 162-193.

V. PICHOT, « La Maréotide : région fertile de la chôra d’Alexandrie, carrefour du commerce à l’époque gréco-romaine », dans A. ESPOSITO, G.M. SANIDAS (éds), Quartiers artisanaux en Grèce ancienne. Une perspective méditerranéenne, Villeneuve d’Ascq, 2012, p. 81-104.

D.J. THOMPSON , « Hellenistic Hellenes: The case of Ptolemaic Egypt”, in I. MALKIN (éd), Ancient perception of Greek ethnicity, Cambridge, 2001

E. VANDERBOGHT, « La maison de Diotimos à Philadelphie », Chr. D’Eg. 17, 1942.

Rim SALEH

En thèse à l'Université de Lyon 2/HiSoMA sur les espaces de transformation alimentaire dans les maisons égyptiennes depuis l'époque saïte jusqu'au début de l'époque romaine (IIIe s. apr. J.-C.). Je participe principalement aux travaux archéologiques des chantiers de Kom Abou Billou (IFAO) et Taposiris Magna-Plinthine (IFAO) en Égypte.

More Posts


Rim SALEH

En thèse à l'Université de Lyon 2/HiSoMA sur les espaces de transformation alimentaire dans les maisons égyptiennes depuis l'époque saïte jusqu'au début de l'époque romaine (IIIe s. apr. J.-C.). Je participe principalement aux travaux archéologiques des chantiers de Kom Abou Billou (IFAO) et Taposiris Magna-Plinthine (IFAO) en Égypte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search