La tour, un élément révélateur des résidences aristocratiques ?

La tour apparait dans le paysage comtadin médiéval comme un signe de distinction fort. Le Comtat Venaissin qui sert de cadre à cette réflexion est une zone géographique artificielle, un territoire dans le sens où s’y exercent des pouvoirs, une gestion administrative et politique de l’espace. Il s’étend au sud des pentes du Luberon (diocèse de Cavaillon) à la plaine entourant le territoire d’Avignon. La Durance et le Rhône sont les limites naturelles et fluctuantes de ce territoire au sud et à l’ouest.

Le Comtat Venaissin au XIVe s. © Margot Ferrand, Coline Polo

Au cœur de cet espace, les hauts murs des tours font écho à l’identité nobiliaire, à l’ancrage territorial et aux prétentions seigneuriales du propriétaire. Si bien que lorsqu’un seigneur supérieur craint l’ambition de ses vassaux, il fait écrêter et détruire leurs tours. L’exemple le plus connu d’une telle destruction de tours est celui de la sentence de 1227 qui, à la suite du siège d’Avignon mené par les troupes du roi de France lors de la croisade contre les Albigeois, ordonne la destruction de nombreux bâtiments matérialisant le pouvoir communal et laisse le sort des nombreuses tours à l’appréciation du cardinal légat Romain Bonaventure[1]. Dans ce cas, la démolition se veut être le rappel des droits du pape et le reflet de l’emprise de son pouvoir. Détruire ces tours c’est affirmer son pouvoir.

Dans le Comtat Venaissin, la résidence aristocratique la plus répandue est la tour. Elle est présente dans 16 localités : Bollène, Cavaillon, Grillon, les Barroux, les Taillades, le Thor, l’Isle-sur-la-Sorgue, Ménerbes, Monteux, Mormoiron, Pernes, Saumane, Valréas, Velleron, Velorgues et Venasque. La typologie des tours comtadines peut être comparée à celle des tours italiennes, emblématiques à plus d’un titre, d’une part parce qu’elles n’ont pas d’équivalent en Europe à cette période mais aussi parce qu’elles s’avèrent être très bien documentées[2]. En Italie, les tours répondent en ville à un besoin de place, dû à une crise démographique, et plus généralement, à la nécessité de défendre ses biens et sa famille dans un contexte politique tendu[3]. Dans le Comtat Venaissin, elles sont un moyen d’imiter les plus hautes élites et d’exhiber la puissance de leur propriétaire. Il n’est pas question de nier leur utilisation militaire car entre le XIVe-XVe siècle leurs modifications défensives (rehaussement, terrasse crénelée) sont à replacer dans le contexte de lutte contre les bandes de routiers et participent autant à l’organisation défensive des localités qu’à la protection privée[4].

Entre le XIVe et le XVe siècle, si elles ne sont pas utilisées en l’état, les tours connaissent des sorts variés, de l’intégration à l’abandon[5]. La première évolution se caractérise par leur délaissement au profit de nouveaux ensembles, plus spacieux, construits dans les nouveaux faubourgs ou contre les enceintes. La seconde évolution se définit par l’intégration de la tour au sein d’un ensemble résidentiel plus vaste. Ce dernier choix peut avoir plusieurs explications : le besoin de conserver un espace de refuge et de stockage, et la persistance de la valeur symbolique. Sur l’ensemble de la période on assiste plutôt à une intégration des tours des XIIe-XIIIe siècles dans des résidences qu’à des constructions ex-nihilo gothiques. Les caractéristiques architecturales de ces tours semblent donc ne pas s’être démodées.

La Tour d’Argent et son bâtiment résidentiel, l’Isle-sur-la-Sorgue. © François Guyonnet

Ces changements d’utilisation de la tour se retranscrivent dans la terminologie. Turris rassemble des réalités architecturales très différentes : la tour défensive isolée, la tour associée à des bâtiments résidentiels et la tour résidentielle. Toutefois, il est rare que les tours résidentielles attestées par l’archéologie soient désignées par le mot turris dans les sources. Aux XIIe-XIIIe siècles, on lui préfère les termes hospitium et stare, plus génériques. Puis, au cours du XIVe siècle, l’expression hospitium turris, est employée pour désigner les tours ayant une fonction résidentielle. Au XVe siècle, l’intégration des tours dans les résidences aristocratiques et la perte de leur caractère résidentiel se retranscrit dans la terminologie. Désormais tour et logis sont associés : hospitium cum turri , domus cum turri. La mise en évidence de la tour dans les sources, indépendamment de son utilisation comme résidence, lieu de réunion ou de défense, révèle la persistance de sa fonction de marqueur social.

Vue de la tour depuis le nord-ouest, château de Rochegude. © Château de Rochegude

En dépit du peu de mention la concernant dans les sources, la tour apparaît donc comme un important point d’appui au développement d’ensembles architecturaux de plus grande ampleur. La persistance des tours des XIIe-XIIIe siècles traduit l’attachement particulier des lignages à la tour et l’importance symbolique de ce monument dans le milieu aristocratique.

[1] ADV, 1G8, fol. 88 : item trecentae domus diruantur iuxta voluntatem et mandatum nostrum quas duximus eligenda. Turres vero, quae sunt intus civitatem, iuxta nostrum arbitrium. Concernant l’application de la sentence de 1227, je renvoie à l’article de Simone Balossino, « Elle ne voulait obéir ni à Dieu ni aux hommes. Avignon 1226 », dans Patrick Gilli, Jean-Pierre Guilhembet (dir.), Le châtiment des villes dans les espaces méditerranéens, Turnhout, 2012, p. 279-296.

[2] Concernant les études des tours italiennes je renvoie notamment à Aldo Angelo Settia, « L’esportazione di un modello urbano: torri e case forti nelle campagne del nord Italia », dans Società e storia, 12, 1981, p. 273-297, Rinaldo Comba, « Tours et maisons fortes dans les campagnes médiévales italiennes : état présent des recherches », dans La maison forte au Moyen Âge, colloque de Pont-à-Mousson, Michel bur (dir.), Paris, CNRS, 1986, p. 317-323, Loris Macci, Valeria Orgera, Architettura e civiltà delle torri: torri e famiglie nella Firenze medievale, Florence, Edifir, 1994, Carlo Mario Tosco, « Il recinto fortificato e la torre: sviluppi di un sistema difensivo nel tardo medioevo », dans Ricetti e recinti fortificati nel basso medioevo, Turin, Celid, 2001, p. 77-98, Enrico Lusso, « Torri extraurbane a difesa di mulini nel Piemonte meridionale », dans Case et torri medievali III, Minicis Elisabetta de, Guidoni Enrico, Rome, 2005, p. 48-60, Rinaldo Comba, Francesco Panero, Giuliano Pinto (dir.), Motte, torri e caseforti nelle campagne medievali (secoli XII-XV), Cherasco, CISIM, 2007.

[3] Aldo Angelo Settia, « Lo sviluppo di un modello : origine e funzioni delle torri private urbane nell’Italia centrosettentrionale », dans Paesaggi urbani dellItalia padana nei secoli VIII-XIV, Bologna, Cappelli, 1988, p. 157-171.

[4] Les exemples d’Entraigues, Monteux, Camaret et le Thor sont présentés dans « Les tours en ville. Noblesse et habitat à Avignon et dans la région comtadine (XIe-XVe siècle) », Provence Historique, 260, 2015, p. 427.

[5] Je renvoie notamment à Simone Balossino, Germain Butaud, François Guyonnet, « Les tours en ville … », Op. cit., p. 403-430, et à Coline Polo, « Habiter dans le Midi rhodanien (XIe-XIVe s.) », 1216. Le siège de Beaucaire. Pouvoir, société et culture dans le Midi rhodanien (Seconde moitié du XIIe -première moitié du XIIIe siècle), Monique Bourin (dir.), Nîmes, SHAB, 2019, p. 461-504.

 

Coline Polo

Doctorante en Histoire médiévale

Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse / ED 537 Culture et Patrimoine

CIHAM / UMR 5648 Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ben Fguira dit :

    je vous félicite pour cette initiative et cet intérêt pour la question de l’habitat et l’habiter, j’aimerai suivre vos activités. je viens de soutenir une thèse sur les modes d’habiter dans la ville de Sfax (Tunisie), et je m’intéresse aux questions du logement et de l’habitat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search