VEILLE (CO)HABITER #2 – Février 2021

Nous sommes à la mi-février et cela fait maintenant un mois que la labo-junior (Co)Habiter est lancé. Il est donc l’heure de notre deuxième veille documentaire. Si nous avions initialement prévu une veille bimensuelle, le rythme de parution des ouvrages, articles, colloques et autres appels à communication, nous incite à réduire le nombre de publications à une par mois. Bien évidemment, les mois où la veille sera plus chargée, nous n’hésiterons pas à multiplier les parutions.

Ouvrages :

  • Ettel P, Flambard Héricher A.-M., O’Conor K. : Vivre au château, Château Gaillard n°29, Turnhout, Brepols, 2021

“Vivre au Château était le thème du colloque de Château-Thierry, XXIXe colloque Château Gaillard. Ce thème, choisi en liaison avec la problématique des recherches passées et présentes conduites dans la région, leur a fait une large place. Quant aux châteaux répartis dans l’espace européen, ce colloque a abordé plus particulièrement : la multiplication des sites castraux utilisés par une même famille en fonction des périodes de l’année ou de la diversité des activités et la répartition des lieux de vie au sein du château. Contrairement à une idée reçue selon laquelle le château médiéval représente le comble de l’inconfort, il a démontré que l’aménagement des lieux tient compte, dès la construction, de la lumière ou des vents dominants. Il a souligné aussi l’importance de la hiérarchie sociale au sein du château et les aménagements qui visent à la préserver, ainsi que l’importance des femmes, leur rôle et les lieux et fonctions qui leur sont spécifiques : cuisine, jardin, gestion. Enfin, la vie quotidienne a été évoquée à travers des objets usuels comme la poterie par exemple, qui laisse d’abondantes traces archéologiques, ou à travers l’agencement des cuisines, ou encore à travers les rejets de consommation ou les déblais liés à des travaux. Les quarante-quatre contributions de cet ouvrage émanent de représentants des douze pays participants et les nombreux posters présentés ont permis de faire le point sur les fouilles actuelles, notamment sur les recherches conduites sur les châteaux de la région Hauts-de-France.”

Plus d’informations : http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782841339983-1

  • Barbeau S., Delnef H. : Une habitation et sa cave du premier âge du Fer en Centre Bretagne, Revue Archéologique de l’Ouest n°36, PUR, 2021, p.99-119.

« La fouille des vestiges archéologiques à Bel Air, au sud-ouest de la commune de Saint-Caradec (Côtes-d’Armor), a permis la découverte d’un habitat de la fin du premier âge du Fer. L’occupation, datée entre les vie et ve s. av. n. è., se caractérise par un bâtiment d’habitation circulaire édifié sur tranchée de fondation comportant trois grandes phases de construction au même emplacement avec une attache structurelle commune liée à l’existence d’une longue cave de 15 m². Le site de Bel Air montre ici une évolution originale du bâtiment circulaire qui s’illustre par l’usage de la tranchée de fondation et l’adjonction d’une annexe liée à l’ouverture du bâtiment sur le côté est. À cette typologie inhabituelle, s’ajoute la présence de la cave, formant ainsi un ensemble unique en Bretagne. »

Plus d’informations : https://journals.openedition.org/rao/6253

  • Berthault F., Jacques P., et alii : La villa de Montcaret. Une villa et son environnement dans le sud-ouest de la Gaule, Pessac, Ausonius éditions, 2021.

« Le site archéologique de Montcaret est constitué par la Pars urbana d’un vaste établissement romain. Il se compose de deux niveaux (Haut Empire et Bas-Empire), eux-mêmes subdivisés en plusieurs états. Le dernier état (Ve siècle p.C.) présente la plus grande salle basilicale de la région, un triclinium, une piscine et des mosaïques très bien conservées. Le site est réoccupé au Moyen Âge par une église romane et une nécropole.

Le site a été étudié dans son environnement diachronique et synchronique et la Pars agraria du domaine (située à proximité) a fait l’objet d’une recherche particulière. Les objets retrouvés lors des fouilles (Monnaies romaines et médiévales, céramiques romaines et médiévales, fragments architectoniques, Croix-reliquaire, sarcophages, sépultures de périnatals) ont fait l’objet d’études particulières menées chacune par des spécialistes et se trouvent aujourd’hui présentés dans l’espace muséal du site que l’on peut visiter. »

Publication intégrale : https://una-editions.fr/la-villa-gallo-romaine-de-montcaret/

  • Cavalieri M., Sacchi F. : La villa dopo la villa : Trasformazione di un sistema insediativo ed economico in Italia centro-settentrionale tra tarda Antichità e Medioevo, PUL, 2021.

« L’interesse precipuo del volume collettaneo La villa dopo la villa risiede nel tentativo di presentare un quadro dell’archeologia delle ville tardoantiche tra bilanci e nuove prospettive, con particolare riferimento all’Italia settentrionale, pur non mancando riferimenti e ad altre regioni della penisola ed altre aree geografiche del Mediterraneo.  Lire la suite

Il fenomeno della fine delle ville, tra VI e IX sec. d.C., è un tema oggetto di studi ed aggiornamenti ormai da più di due decenni, in particolare nell’abito della pars Occidentalis dell’Impero romano. Le trasformazioni del sistema rurale tardoantico, le nuove relazioni tra città e campagna, i mutati sistemi d’insediamento rurale ed una ancora difficilmente spiegabile, se non credibile, propensione delle élites altomedievali al passaggio abitativo dalle ville alle capanne costituiscono un’arborescenza di studi che ha prodotto pagine talora anche rivoluzionarie quanto alla percezione moderna della continuità/cesura tra Antichità e Medioevo in merito all’abitare e controllare il territorio per villas.

L’interesse precipuo del volume collettaneo La villa dopo la villa risiede nel tentativo di presentare un quadro dell’archeologia delle ville tardoantiche tra bilanci e nuove prospettive, con particolare riferimento all’Italia settentrionale, pur non mancando riferimenti e ad altre regioni della penisola ed altre aree geografiche del Mediterraneo, in particolare la Spagna e le Gallie. Infatti, se il panorama sulle ville della tarda Antichità si presenta ricco di casi esemplari, analisi puntuali e sintesi che hanno portato a formulare modelli storico-archeologici sul Centro ed il Sud dell’Italia – a parte alcuni contesti ampiamente studiati e comunicati, come Desenzano del Garda – il Nord della penisola, soprattutto l’area compresa tra la Lombardia occidentale e il Piemonte, risultava meno conosciuto, ancorché oggetto di ricerche puntuali.

La curiosità di approfondimento delle evidenze archeologiche in quei contesti e il desiderio di una messa a confronto di siti quali Palazzo Pignano (non lungi da Milano) e Aiano (in provincia di Siena) con altri del Nord Italia hanno costituito l’impulso a dare vita al volume, esperimento editoriale la cui prosecuzione, auspicata da più parti, potrebbe continuare in futuro con nuovi e diversi orizzonti geografici da riscoprire.

Il fenomeno della fine delle ville, tra VI e IX sec. d.C., è un tema oggetto di studi ed aggiornamenti ormai da più di due decenni, in particolare nell’abito della pars Occidentalis dell’Impero romano. Le trasformazioni del sistema rurale tardoantico, le nuove relazioni tra città e campagna, i mutati sistemi d’insediamento rurale ed una ancora difficilmente spiegabile, se non credibile, propensione delle élites altomedievali al passaggio abitativo dalle ville alle capanne costituiscono un’arborescenza di studi che ha prodotto pagine talora anche rivoluzionarie quanto alla percezione moderna della continuità/cesura tra Antichità e Medioevo in merito all’abitare e controllare il territorio per villas.

L’interesse precipuo del volume collettaneo La villa dopo la villa risiede nel tentativo di presentare un quadro dell’archeologia delle ville tardoantiche tra bilanci e nuove prospettive, con particolare riferimento all’Italia settentrionale, pur non mancando riferimenti e ad altre regioni della penisola ed altre aree geografiche del Mediterraneo, in particolare la Spagna e le Gallie. Infatti, se il panorama sulle ville della tarda Antichità si presenta ricco di casi esemplari, analisi puntuali e sintesi che hanno portato a formulare modelli storico-archeologici sul Centro ed il Sud dell’Italia – a parte alcuni contesti ampiamente studiati e comunicati, come Desenzano del Garda – il Nord della penisola, soprattutto l’area compresa tra la Lombardia occidentale e il Piemonte, risultava meno conosciuto, ancorché oggetto di ricerche puntuali.

La curiosità di approfondimento delle evidenze archeologiche in quei contesti e il desiderio di una messa a confronto di siti quali Palazzo Pignano (non lungi da Milano) e Aiano (in provincia di Siena) con altri del Nord Italia hanno costituito l’impulso a dare vita al volume, esperimento editoriale la cui prosecuzione, auspicata da più parti, potrebbe continuare in futuro con nuovi e diversi orizzonti geografici da riscoprire. »

Plus d’informations : https://pul.uclouvain.be/book/?GCOI=29303100966350

  • Castrorao Barba A. : La fine delle ville romane in Italia tra tarda antichita e alto medioevo (III – VIII secolo), EDIPUGLIA, 2021.

« Il volume raccoglie un quadro di sintesi sull’archeologia delle varie tipologie di  trasformazione,  riuso  e  rioccupazione  delle  ville  romane  in  Italia  fra Tarda Antichità e Alto Medioevo. Il fenomeno della fine delle ville viene affrontato  attraverso  l’esposizione  dei  differenti  paradigmi  interpretativi elaborati  nel  dibattito  europeo  ed  italiano,  con  un  approfondimento  sui  principali contesti archeologici di Gallia e Hispania. Alla luce dell’estensivo censimento  di  una  consistente  massa  critica  di  dati  pubblicati  e  di  un approccio  statistico,  si  presenta  una  casistica  aggiornata  per  tutto  il territorio  nazionale  (regiones  dell’Italia  peninsulare,  Sardegna  e  Sicilia) delle  evidenze  archeologiche  relative  alle  dinamiche  diacroniche  delle ville romane tra il III e l’VIII secolo. »

Plus d’informations : https://edipuglia.it/catalogo/la-fine-delle-ville-romane/

  • Mergnac M.-O. : Retrouver l’histoire d’une maison : photos, plans, cadastre, architecture, habitants…, Archives et culture, 2021.

« Spécialiste de recherches sur le cadastre, les fonds hypothécaires et les archives notariées, l’auteure indique la démarche à suivre, d’aujourd’hui à l’Ancien Régime, pour tous ceux qui veulent reconstituer l’histoire d’une demeure ancienne ou d’un bâtiment lié à un évènement historique. Elle explique comment trouver des photographies, des cartes et découvrir les propriétaires successifs. »

Plus d’informations : https://www.mollat.com/livres/2499074/marie-odile-mergnac-retrouver-l-histoire-d-une-maison-photos-plans-cadastre-architecture-habitants

  • Collectif : Habiter la nature : maisons contemporaines dans la nature : volume 2, Phaidon, 2021.

« Présentation de cinquante maisons d’architecte conçues pour entretenir un lien avec la nature qui les entoure et se fondre dans le paysage. Des habitations à la cime des arbres, dans la terre, au milieu de l’eau ou d’un désert, choisies pour leur emplacement exceptionnel en écho aux quatre éléments, mises en valeur par des photographies prises depuis l’intérieur ou l’extérieur du bâtiment. »

Plus d’informations : https://www.mollat.com/livres/2503242/habiter-la-nature-maisons-contemporaines-dans-la-nature-volume-2

Billets et Articles :

  • Marti F., INRAP : « Une maison de l’âge du Bronze à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne)

 Chronique d’une fouille archéologique préventive : https://www.inrap.fr/une-maison-de-l-age-du-bronze-ivry-sur-seine-val-de-marne-15443

  • Jeanmougin H. : « Habiter sans résider et résider sans habiter : gentrification et continuités populaires dans le centre historique de Palerme » :

« Dans le centre historique de Palerme, de nombreux anciens résidents continuent à « habiter » le quartier de la Magione même s’ils n’y disposent plus d’un logement. Hélène Jeanmougin analyse les effets de ces continuités d’usages et de présences sur ce territoire en mutation. »

Article complet : https://metropolitiques.eu/Habiter-sans-resider-et-resider-sans-habiter.html

  • Broussard Célia : « Matthieu Gateau et Hervé Marchal, La France pavillonnaire. Enjeux et défis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 27 novembre 2020.

Compte rendu de l’ouvrage de Matthieu Gateau et Hervé Marchal : Extrait : « Dans cet ouvrage, les sociologues Matthieu Gateau et Hervé Marchal entreprennent de déconstruire les représentations de ce qui est appelé « La France pavillonnaire » et de montrer que celle-ci est diversifiée et couvre un large spectre, sur les plans social, économique, architectural et spatial. Les quartiers pavillonnaires se composent, en effet, de ménages plus ou moins aisés et d’habitats plus ou moins similaires, agglomérés et excentrés des villes centres. Le titre rend mal compte de cette diversité puisqu’il conserve le singulier alors que l’ensemble du livre amène le lecteur au constat d’une France pavillonnaire plurielle. Derrière ces maisons, ces grilles, ces quartiers plus ou moins bien gardés de l’extérieur se trouve une vie sociale dense, faite de distance, voire distinction sociale, et de proximité, d’entraide suivant les âges et les situations sociales. »

Plus d’informations : https://journals.openedition.org/lectures/45692

  • Martin Elsa et Stébé Jean-Marc : « Quand les tours font le bonheur des uns et le malheur des autres », Espace populations sociétés , Résumé de Ferrand-Bechmann Dan, Au bonheur des tours, Edition L’Harmattant, 2020, [En ligne], 2020/3-2021/1 | 2021

Résumé en ligne : https://journals.openedition.org/eps/11260

Podcasts :

  • MEMBERS’ TALK: Bedrooms, Studies and Floorplans: Tracing Queer Desires in Buildings and Places – 24 février 18h.

“This talk – part of our LGBTQ History Month programming – discusses the ways in which same-sex intimacies and gender diversity have been layered into the buildings that are part of our national heritage.”

Pour écouter: https://www.sahgb.org.uk/whatson/tracingqueerdesires

  • Making a house a home, Housing Europe.

“The Housing Europe podcast airing from the heart of the European Capital offers insights into the work of public, cooperative and social housing providers across Europe. Why is it legitimate to claim that they offer more than just housing; rather a home to people. Tune in to discover the urban, social, environmental and economic impact that access to affordable housing has in our communities.”

Pour écouter : https://anchor.fm/housing-europe/episodes/The-fundamental-building-blocks-of-good-housing-governance-epp5tm

Appels à communications:

  • Secrets de familles, 8 avril 2021.

« Le Réseau d’Études Pluridisciplinaires sur les Paternités et les Maternités a le plaisir de vous diffuser l’appel à communication : Secrets de familles – comment enquêter sur l’espace privé ?

La famille est un objet difficile à appréhender par le chercheur ou la chercheuse en sciences sociales, dans la mesure où ce qu’il s’y passe et les relations entre ses membres reste de l’ordre de l’intime, dissimulé derrière les murs du foyer. L’ordinaire de la vie familiale ne laisse que peu de traces et de documents. Recueillir des matériaux d’enquête consiste alors souvent à collecter la parole des intéressé.es, par le biais d’entretiens, de sources écrites personnelles ou institutionnelles. Cependant, d’autres méthodes peuvent être mobilisées par les chercheur.ses pour “voir” la famille plutôt que pour l’entendre se raconter. L’objectif de cette journée d’étude est de discuter des difficultés méthodologiques inhérentes aux enquêtes sur l’objet “famille”, d’entrer dans “les cuisines de la recherche” afin de découvrir certaines des méthodes originales mobilisées par des enquêteur.ices pour percer les secrets des familles.

Sont bienvenues toutes propositions de chercheur.euse en sciences humaines portant sur une enquête sur/relative à la famille, qui soit ont mobilisé d’autres matériaux que l’entretien ou les sources souvent utilisées pour écrire l’histoire ou le quotidien de la famille, soit offrent une relecture originale des corpus en question. Trois axes principaux de réflexion sont privilégiés :

1. Ethnographier la famille

2. Observer la famille à travers la lentille : méthodologies visuelles, approches matérielles

3. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) comme accès à l’intimité des familles ?

La journée d’étude se déroulera le 8 avril 2021 (sous réserve), en distanciel ou en présentiel suivant l’évolution de la situation sanitaire. Elle aura lieu à l’Ined, au campus Condorcet (Aubervilliers). Si vous souhaitez intervenir, merci d’envoyer à l’adresse de RePPaMa (reppama.contact@gmail.com) une proposition de communication d’une ou deux pages au format Word, OpenOffice ou pdf (intitulé Secrets_Prénom Nom_Titre de la communication) présentant le cadre de la recherche et la nature de l’enquête ou du matériau utilisé, ainsi que la méthodologie de la collecte des matériaux de recherche, ses enjeux, et les questionnements ou difficultés rencontrées avant le 20 janvier 2021. Les propositions en français et en anglais sont les bienvenues. Les réponses aux communicant.es potentiel.les seront envoyées dans le courant du mois de février.

Comité d’organisation (les coordinatrices du REPPaMa et du laboratoire junior : Parentalités plurielles et genre) :

Inès Anrich (Paris 1 Panthéon- Sorbonne), Myriam Chatot (Paris Dauphine, Irisso), Marie-Caroline Compans (Ined, Paris 1-CRIDUP), Anaïs Mary (Paris Descartes-CERLIS), Alexandra Piesen (Paris Descartes-CERLIS), Marine Quennehen (Ined-UVSQ-Printemps), Zoé Yadan (Paris Descartes-CERLIS). »

Plus d’informations : https://reppama.hypotheses.org/aac-secrets-de-familles

  • Penser l’habitabilité du monde : une mise à l’épreuve de la prospective territoriale, Appel toujours en cours

Coordination

Numéro coordonné par Florian Pons, Sina Safadi et Chloë Vidal

Argumentaire

« N’oubliez pas que la terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux »

Khalil Gibran

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le philosophe et entrepreneur Gaston Berger a théorisé et mis en œuvre la prospective comme une attitude préactive (se préparer au changement) et proactive (provoquer le changement) ayant pour objectif de « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques et penser à l’homme » (Berger). La prospective a été conçue comme une démarche orientée vers le travail des valeurs et la construction d’un projet politique.

Dans une France en reconstruction, afin de développer un « esprit d’avant-garde », la prospective a d’abord été mobilisée par les « grands décideurs » (grands industriels, grands politiques) dans une conception verticale de la prise de décision. L’idée de prospective se fonde alors sur un référentiel « moderne » dont les catégories d’analyse reposent sur le « grand partage » (Descola, 2005) : les humains sont opposés aux non-humains, la culture est opposée à la nature, le savoir est conçu comme indépendant du pouvoir, du social et du politique.

À la fin des années 1960, la prospective territoriale naît du croisement des principes de l’aménagement territorial et de ceux de la prospective tels qu’énoncés par Berger. La mise en œuvre de cette démarche par l’administration centrale participe progressivement à nuancer le « regard disciplinaire » porté par l’aménagement du territoire : dès les années 1970, l’introduction d’une approche systémique dans les travaux de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR) complexifie les catégories d’appréhension de l’espace et du territoire, conçus jusque-là comme un espace-objet pouvant être carroyé de manière systématique.

Si, vingt ans plus tard, à la faveur de la décentralisation, les collectivités territoriales se saisissent de la prospective pour penser l’avenir du territoire qu’elles entendent gouverner et ouvrent rapidement leurs démarches à des habitant.e.s, souvent envisagé.e.s comme des « profanes » (approches « participatives »), le collectif engagé dans la construction de son futur demeure restreint et les trajectoires collectives décrites restent anthropocentrées (Vidal, 2015). En dépit de leurs variations, les pratiques prospectives ont donc concouru à délimiter des frontières, fluctuantes au cours du temps, entre les êtres qui y participent et les autres (humains ou non-humains).

La période actuelle, désignée de plus en plus souvent par le terme Anthropocène, est marquée par des bouleversements écologiques majeurs qui nous conduisent à questionner de manière radicale notre rapport au Vivant et à l’organisation sociale. À cet égard, la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus apparait comme un coup de semonce qui invite à appréhender et à agir dans le monde en réinterrogeant nos dépendances, nos vulnérabilités, nos incertitudes (Tsing, 2017) et, de manière corollaire, les catégories de pensée comme les modalités pratiques de la démocratie (Charbonnier, 2015). La prospective, du fait des efforts d’explicitation méthodologique et épistémologique de ses promoteurs, offre des prises et des pistes pour envisager une relationnalité qui soutienne une approche complexe du monde reliant écologie, économie, politique, géographie, approche sanitaire… C’est dans cet entremêlement que peuvent se réajuster nos logiques d’appréhension du monde. La géographie, comme bien d’autres disciplines, peut prendre sa place comme « sciences sociales de la nature » (Lévy, 1999).

Il convient ici de rappeler succinctement les étapes qui fondent la prospective territoriale ainsi que le vocabulaire associé envisagées comme autant d’opérations épistémiques susceptibles d’être questionnées. Très schématiquement, cette démarche est initiée par la réalisation d’un « diagnostic territorial », permettant d’élaborer un état des lieux : de repérer des « tendances » comme des mutations en cours (« signaux faibles », « germes de changement », « faits porteurs d’avenir »), ainsi que des variables. Par l’entrecroisement de ces tendances/signaux faibles et variables, il devient possible de décrire différents « scénarios » (ou « trajectoires ») d’avenir possibles et de définir des enjeux (dimension exploratoire de la prospective) pour enfin envisager comment orienter l’action vers un futur souhaité, à construire (dimension normative de la prospective).

Quels seraient les ajustements permettant la mise en œuvre d’une telle démarche de réflexion collective et transversale orientée vers l’action qui soit attentive à l’ensemble des opérateurs du territoire ? En quoi ces opérateurs pourraient-ils questionner et éclairer d’autres manières de faire avec le territoire ? Comment les différents opérateurs de l’action publique pourraient-ils concrètement se ressaisir de cette approche renouvelée de la prospective ? Quels impacts sur les cultures professionnelles ?

Soumettre, comme nous le proposons dans cet appel, la prospective territoriale à l’épreuve de la prise en compte de la multiplicité des opérateurs, humains et non humains (ressources, animaux, éléments – fleuves, etc.), constitue l’occasion d’ajuster (Ledrut, 1968) l’épistémologie et les méthodes/pour enfin faire avec les inouïs de Dominique Boullier (2009), ces « êtres qu’on n’entend pas ». Une évolution qui engage aussi une profonde transformation de nos subjectivités politiques ou de nos cultures politiques.

Ce numéro est susceptible d’accueillir des contributions ayant trait aux trois grandes étapes de la démarche prospective :

1. Un axe méthodes d’enquête et (re)connaissance des opérateurs du territoire.

2. Un axe représentations et publicisation

3. Un axe qui articule compréhension et action

Plus d’informations : https://calenda.org/788238

loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

More Posts


loicbenoit

Doctorant en archéologie - CIHAM -UMR 5648 / Archéologue à l'Unité Archéologie et Patrimoine Bâti du département de la Haute-Savoie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search